Tag Archives: vacances

Espagne

Une destination de rêve qui s’offre à tous les goûts ! Pour les fascinés de monuments historiques et religieux, les fans de festivités, mais aussi les amoureux du shopping, vous ne pouvez pas voyager en Espagne sans sentir la diversité de ses villes.  Barcelone, capitale de la Catalogne, est caractérisée par sa célèbre Avenue de la Rambla. Faites un tour du côté de l’Avinguda Diagonal, d’un côté vous avez les boutiques de grandes marques de hautes coutures et de l’autre vous avez des terrasses de café, des restaurants, mais aussi une multitude d’hôtels où vous pouvez vous détendre et vous reposer. N’oubliez pas Las Arenas de Barcelone, le magnifique centre commercial avec ses six niveaux. Vous y trouverez des boutiques, des cafés, un cinéma, des restaurants, un immense parking, une salle de fitness et un musée de Rock avec sur, son toit-terrasse, une vue panoramique splendide sur tout Barcelone.  Madrid, capitale de l’Espagne, diversifiée par ses monuments historiques et son ambiance festive est tout simplement magique ! Partant de la grande place de la Puerta Del Sol, centre symbolique de la ville, direction Gran Via qui, une des grandes rues les plus animées du centre historique, vous serez émerveillés par tant de beautés et de contrastes. Vous pouvez faire du shopping dans les rues Montera et Calla Mayor. La grande Plaza Mayor se situe au sud avec sa Casa de la Panaderia et l’Hôtel de Ville. Ne manquez pas la Plaza de Oriente, où se trouve le palais royal espagnol du XVIIIè siècle. Vers le nord, vous trouvez la Plaza Espana, se distinguant par ses deux édifices bétonnés et ses statues de Cervantès, Don Quichotte et Sancho Pançà. Vous pouvez vous détendre au parc du Retiro, avec son magnifique lac qui vous offre de nombreuses activités.  Et vers le Sud de l’Espagne dans la Province de Málaga en Andalousie vous pouvez profitez des plages de la Costa Del Sol. Un pur bonheur ! Vous goûterez enfin au bonheur de vivre lors de ce magnifique voyage !!!

La Mauritanie

La Mauritanie est une surprenante rencontre du Maghreb et de l’Afrique noire, marquée par sa diversité ethnique : la population, encore fortement ancrée dans l’appartenance tribale, se répartit en parts égales entre Arabo-Berbères et Négro-Africains.
La Mauritanie est par nature une terre de passage, un carrefour de cultures. Très commerçant, le pays est parfois encore traversé par des caravanes. Dans ce trait d’union entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, on croise des Occidentaux partis plus ou moins à l’aventure, avec leur propre véhicule, sur la route du Sénégal, du Mali ou bien plus loin encore… ou, dans l’Adrar principalement, des trekkeurs venus défier les dunes.
La Mauritanie est l’un de ces pays où l’on peut encore goûter aux espaces infinis, à l’illusion d’une liberté sans conditions. Mais vous serez surpris d’y trouver aussi des usines modernes, un réseau GSM omniprésent et, parfois, des voitures de luxe.
Dans cette région, l’une des plus chaudes du globe, il faut être très prudent si l’on s’aventure dans le désert. Dans les vents de sable et de poussière de la Mauritanie, il n’y a plus d’ombre et on perd facilement le nord.

Faire un trek dans le désert de l’Adrar, à la découverte de la surprenante variété des paysages qui semblent pourtant si uniformes au premier coup d’œil. Découvrir le méconnu et magnifique parc national du Diawling, digne équivalent du parc national du Djoudj (de l’autre côté du fleuve Sénégal). Arriver à Koumbi Saleh, légendaire capitale de l’empire ghanéen, dont les ruines partiellement déterrées permettent de laisser libre cours à son imagination. Boire un thé à la menthe aux côtés des habitants très accueillants de l’oasis de Terjit…
A découvrir:
Nouakchott
nouakchott
Bien qu’elle ne soit pas la capitale économique du pays, Nouakchott (850 000 hab.) est une ville assez dynamique, chose incompréhensible, car on est en plein désert, le point d’eau le plus proche étant à 70 km. Née de rien, choisie comme capitale en 1960, Nouakchott est une ville champignon dont certains quartiers sont encore en construction. L’intérêt de cette ville réside dans son artisanat : on y vend tout, absolument tout, et à bon marché.
Banc d’Arguin
banc d'arguin
Site inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1989 et classé zone humide d’importance internationale à la convention de Ramsar, le Banc d’Arguin couvre une superficie de 12 000 km2 (dont 6 300 de domaine maritime) de part et d’autre du 20e parallèle. On y rencontre des paysages magnifiques (bancs de sable, dunes, vasières), une multitude d’espèces animales (plus de 280) et des herbiers marins. C’est une réserve qui abrite nombre d’oiseaux migrateurs venus de France, de Hollande ou même de Sibérie : mouettes, cormorans, goélands, hérons cendrés…
Nouadhibou
oublié
À 525 km au nord de Nouakchott. Anciennement Port-Étienne (à l’époque coloniale), Nouadhibou (95 000 hab.) était à l’origine la première escale africaine de l’Aéropostale. C’est ici que se déroule l’action de Terre des hommes d’Antoine de Saint-Exupéry. L’explosion de l’industrie de la pêche a transformé la face de la ville, avec le développement du port autonome pour la pêche industrielle, ainsi qu’un port artisanal pour les piroguiers mauritaniens et sénégalais. Fait étonnant, la baie est un véritable cimetière d’épaves de bateaux. Nouadhibou est la porte d’entrée de la Mauritanie à partir du Maroc.
Route de l’Espoir
route de l'espoire
Le trajet de Nouakchott à Néma s’appelle la route de l’Espoir parce que, tel un cordon ombilical, elle facilite l’accès entre les régions reculées du Tagant (massif montagneux) et des deux Hodhs, et la côte. C’est la route qui mène au Mali et vers le Niger.
Oualata
oualata
Difficile d’accès, perdue au milieu du désert, Oualata se trouve à 3 h de piste de Néma. A l’entrée de la ville, un fortin construit en 1912 sous l’autorité française fait penser à un monolithe. Arrivé au pied de la citadelle, vous découvrirez la ville et ses vieilles pierres. Ses origines connues remontent aux environs de 500 après l’hégire, soit au XIe s. C’était à l’époque la porte du Mali et le carrefour des routes transsahariennes du Maroc, du Sénégal et de la route vers l’Inde. Les maisons traditionnelles de Oualata sont faites de pierres rectangulaires et de ciment d’argile. Elles sont recouvertes en façade d’un mélange de terre, de charbon de bois, de gomme et de bouse de vache.

Anapa Russie

Anapa est une ville de Russie située sur les rives de la Mer Noire. Cette charmante station balnéaire bénéficie d’un climat ensoleillé de type méditerranéen.
Les presque 65 000 habitants d’Anapa sont très accueillants et majoritairement de confession orthodoxe.
Anapa possède un aéroport et lorsque vous poserez le pied sur son tarmac, vous serez à UTC + 04:00. Pensez à ajuster votre montre !
Lors de votre séjour, c’est en roubles que vous pourrez payer vos visites, excursions, repas et les souvenirs de voyage que vous souhaiterez rapporter. Si vous avez en mains des euros, il existe de multiples bureaux de change sur place.
Terminons cette présentation en proposant une lecture de voyage : «Kéraban le têtu» de Jules Verne qui se déroule autour de la Mer Noire. L’on raconte cependant que le célèbre romancier n’aurait jamais voyagé dans la région !

A visité:

Delphinarium
delphinarium

Le Delphinarium d’Anapa ne se trouve pas directement dans la ville d’Anapa, mais plutôt dans le village d’Utrish qui n’est situé qu’à 18 kilomètres de là. L’endroit est admirablement bien situé dans un environnement totalement naturel puisqu’il est directement dans les eaux de la Mer Noire. L’on peut y voir différentes performances d’animaux marins variés et en particulier le spectacle du lion de mer appelé Dasha qui est très prisé.
Le Delphinarium d’Utrish est ouvert tous les jours sauf le lundi. Il est possible de contacter le Delphinarium par email à :  ou par téléphone au (sans frais).
Les tarifs varient selon les activités auxquelles vous désirez participer :
*Billet régulier :600 roubles ;
*Nager avec les dauphins : 2000 roubles ;
*Nourrir les dauphins : 100 roubles.
Qui n’a jamais rêvé de nager au milieu des dauphins ? Les commentaires sont unanimes, c’est une expérience unique dont on se souvient longtemps. Attention toutefois lorsque vous êtes acompagnés d’enfants car, bien que tentés par l’aventure, ceux-ci sont parfois impressionnés lorsqu’ils se retrouvent près de l’animal. Il est important de les laisser s’apprivoiser mutuellement. Il en résulte toujours au final une merveilleuse complicité.

Monument au chapeau blanc
chapeau blanc

Voici une curiosité bien particulière à la ville d’Anapa. Il faut pour l’admirer se rendre à la plage et sur l’une des passerelles qui y mène se trouve ce monument au chapeau blanc. Une inscription toute aussi mystérieuse indique au pied du monument : «Voici le chapeau le plus blanc». L’origine de tout cela est dûe à une chanson russe dont les paroles disent «Je vais mettre un chapeau noir et aller à Anapa». Les enfants un peu turbulents d’une chorale sont passés par là et désormais ce chapeau est blanc… comme ceux de tous les vacanciers ici d’ailleurs !

Lotus Valley
lotus valley

La Lotus Valley est LA sortie nature à faire lorsque l’on séjourne à Anapa. Une journée remplie de «wow» pour les visiteurs de tous les âges.
La visite s’effectue en bateau à bord duquel se trouvent environ dix personnes et le trajet a lieu à travers une véritable mer de fleurs roses. C’est magique ! Ceci est sans parler bien sûr de l’odeur envirante qui se dégage à chaque nouveau mètre parcouru. Une visite qui met les sens en éveil et laisse un souvenir impérissable. Les guides vous feront part de la légende locale liée aux lotus…

Martinique

La Martinique en créole martiniquais Matinik, Matnik ou Lamatinik, aussi surnommée « l’île aux fleurs », est une île des petites Antilles ou îles du Vent, collectivité territoriale unique, région ultrapériphérique européenne située dans les Caraïbes et département français d’Amérique. Elle fait partie des Antilles françaises depuis 1635, année d’installation de la première colonie française par Pierre Belain d’Esnambuc.

Elle doit son nom actuel à Christophe Colomb, premier Européen à la découvrir le 15 juin 1502. Elle était alors appelée Madinina, Madiana ou Mantinino4 par ses habitants, les Kali’na5, qui aurait désigné une île mythique chez les Taïnos d’Hispaniola[pas clair]. Le nom a évolué selon les prononciations en Madinina, Mada et enfin, par influence de l’île voisine de la Dominique, il est devenu « Martinique ». En langue caribe, l’île était aussi appelée Ioüanacaéra ioüana, iguane et caéra, île  c’est-à-dire l’île aux iguanes.

La Martinique est une île de carte postale, véritable ensorceleuse, qui sait amadouer le visiteur grâce à ses plages de sable blond pour mieux le séduire ensuite avec ses richesses intérieures. En Martinique, il y a certes le ciel, le soleil et la mer… mais aussi des champs de canne à sucre, des chemins forestiers hors du temps, des villages du bout du monde, des jardins fantastiques qui font oublier l’avancée du béton, et pléthore de paysages, dignes des plus belles cartes postales.
La Martinique surprend par sa particularité de marier l’inconciliable : sucre et rhum, pluie et soleil, bleus qui font mal aux yeux et verts tendres. Les alizés et les cyclones. Les volcans et la végétation paradisiaque. Les souvenirs d’époques fastueuses et le péché originel de l’esclavage. L’indolence, les klaxons de bienvenue, la « tchatche » charmeuse et l’orgueil sourcilleux, les bouffées imprévisibles de violence.
Cette île, on n’a pas d’autre choix que de l’aimer. Ici, peu de ruines grandioses ou de musées fascinants. Aux indifférents, la Martinique n’offre que l’ennui, sitôt passée l’envie de plage et de ti-punch. Mais une fois mis au rancart le paradis des brochures, la petite France des cocotiers, la réalité antillaise fascine, bouleverse et captive.
La Martinique, cette « île courage », résiste aussi bien aux cyclones qu’aux tremblements de terre. Même si l’ouragan Dean est encore dans toutes les mémoires, l’île est redevenue verte, vivante…

A découvrir:

Sillonner les petites routes autour des Anses-d’Arlet, pour arriver en fin de journée à l’impressionnant rocher du Diamant. Découvrir la Martinique sauvage et authentique en parcourant l’un des sentiers pédestres de la pointe de la Caravelle. Perfectionner son surf à Anse Bonneville, la plus belle plage de la Caravelle.
Remonter le temps en visitant l’habitation Clément. Entreprendre l’ascension du Chinois (la montagne Pelée).
Faire une plongée dans l’un des nombreux clubs de l’île avant de lézarder sur une plage. Suivre la route de Grand-Rivière…

Fort-de-France
fort de france

Sur la côte ouest de la Martinique se trouve Fort-de-France, la seule grande ville de l’île. Sa capitale, aussi. La baie qui l’abrite frappe par sa splendeur. On y vient volontiers à Fort-de-France pour une demi-journée ou une journée pour faire le marché, courir les boutiques ou se balader dans le centre ancien, mais si vous ne faites que passer en vitesse, sans lever le nez ou en visite organisée, n’espérez pas trop trouver une architecture typique ni un art de vivre préservé.

Grand-Rivière
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

La route menant à Grand-Rivière est d’une étourdissante beauté. Ce minuscule petit port de pêche est charmant, avec ses petites embarcations multicolores. On peut passer des heures à regarder les pêcheurs rentrer au port avec leurs superbes yoles multicolores. Grand-Rivière est calme et détendu, avec ses rues étroites et ses maisons de bord de mer, toutes portes ouvertes.

Les Salines
saline

Les Salines, qui figurent parmi les premiers sites naturels visités du pays, se situent sur la commune de Sainte-Anne. Avec son sable blanc et ses cocotiers penchés sur la mer, la plage des Salines reste la plus belle et surtout la plus grande de la Martinique, et l’une des plus grandes de la Caraïbe.

Montagne Pelée
montagne pelée

Avec ses malheureux 1 397 m, la montagne Pelée au nord de l’île, point culminant de la Martinique, sait pourtant se faire craindre de la population. L’éruption de 1902 a laissé de terribles souvenirs dans la mémoire collective. Bien s’il semble être plongé dans un profond sommeil, le volcan de la montagne Pelée est toujours considéré comme actif.

Papouasie Nouvelle-Guinée

La Papouasie-Nouvelle-Guinée partage l’île de Nouvelle-Guinée avec l’Indonésie et possède plus de 600 autres îles tropicales dont les plus importantes sont la Nouvelle-Irlande, la Nouvelle-Bretagne (principales îles de l’archipel Bismarck) et l’île Bougainville.

Cette destination diffuse un fort parfum d’exotisme en tant que territoire parmi les plus reculés et inaccessibles du globe occupé par des ethnies au mode de vie à l’opposé du nôtre.

A voir / A faire :

• Les trois quarts de la superficie du pays sont couverts d’une forêt primaire ou secondaire où vivent deux tiers des espèces d’orchidées du monde, 9 000 types de plantes, 700 groupes d’oiseaux, 250 styles de grenouilles, 450 espèces de papillons, 200 variétés de reptiles et plus d’une centaine de différents serpents. Vous pourrez entreprendre une croisière sur la rivière Sepik pour admirer cette diversité et aller à la rencontre des ethnies vivant sur ses rives. Un de ses affluents, la Karawari, et les villages Arambak des alentours, se découvrent en pirogue.

• Si vous désirez découvrir la flore du pays sans avoir à monter une expédition, vous pourrez visiter le Jardin botanique national de Port Moresby, le Variata National Park de Sogeri à proximité, le Moitaka Wildlife Sanctuary ou encore le Jardin botanique de la ville de Lae.

• Les Highlands sont les terres les plus peuplées et les plus fertiles du pays. Pour découvrir cette région, empruntez la route qui part de Lae pour rejoindre, par la Kassim Pass, Kainantu et visiter le centre culturel des Highlands de l’Est. Vous traverserez ensuite les montagnes jusqu’à Goroka et le village d’Asaro, suivrez la vallée de la Wahgi pour remonter jusqu’au mont Hagen et continuerez jusqu’à Mendi, la vallée de Poroma, Tari et Koroba. Dans cette région, ne manquez pas les villages des tribus Huli et Duna, réputées pour leurs décorations et peintures corporelles, et les somptueux paysages qui bordent le lac Kutubu.

nouvelle guinée

• Les possibilités de randonnées sont impressionnantes. Vous pourrez rallier par exemple la côte nord et la côte sud en empruntant le Kokoda Trail ou découvrir les panoramas et les villages traditionnels du mont Wilhelm. Pour les marcheurs débutants, la balade côtière Wedau – Alotau s’agrémente de baignades et de parcours dans la jungle.

• Les plages du golfe de Papouasie, au sud, sont les plus fréquentées, mais celles situées autour de Madang, jolie ville côtière, sont également agréables et offrent leur barrière de corail aux plongeurs.

• Cinq volcans actifs et seize éteints ou dormants font de La Nouvelle-Bretagne une île très montagneuse. Elle offre des sites de plongée sur sa côte nord où barracudas, dauphins et parfois requins évoluent dans un décor d’éponges gigantesques. Près de Rabaul, ancienne capitale de l’île détruite par une éruption volcanique en 1994, gisent des épaves de bateaux japonais qui datent de la Seconde Guerre mondiale et abritent aujourd’hui une faune marine impressionnante.

• La Nouvelle-Irlande est très peu fréquentée par les touristes même si elle offre des plages magnifiques et des endroits très agréables pour se détendre comme Kavieng, où l’on pourra louer une bicyclette, faire de la plongée, du canoë-kayak, du surf et bien d’autres activités.

• Les îles Trobriand méritent le détour pour leur culture traditionnelle toujours vivante. La beauté de l’artisanat des habitants et la fête des ignames au début du mois de juillet marqueront les esprit.

Reggio de Calabre Italie

Reggio de Calabre, habituellement appelée Reggio Calabria, ou Reggio dans le sud de l’Italie, est la première ville calabraise de par son ancienneté, sa superficie et sa population, ainsi que le chef-lieu de la province et le siège du Conseil régional de Calabre. Avec 186 547 habitants, Reggio est la 7e ville la plus peuplée du sud de l’Italie et la 18e au niveau national.

Reggio est au centre d’une zone touristique considérable de par son importance historique, culturelle et balnéaire; c’est également un centre universitaire, et le cœur d’une zone agricole particulièrement fertile grâce à son climat tempéré, avec la production d’huiles d’olive, de vins, d’agrumes et de légumes, parmi lesquels l’on trouve la production typiquement locale de la bergamote. Cet agrume ne pousse qu’en terres reggine et il est ainsi devenu un des symboles de la ville.

Reggio se situe à la pointe de la botte, sur les pentes de l’Aspromonte, en position centrale dans la mer Méditerranée, sur la rive orientale du détroit de Messine (où l’on place la rencontre entre Ulysse et les monstres mythologiques Charybde et Scylla, décrite par Homère) d’où elle jouit d’un panorama exceptionnel sur la Sicile, sur l’Etna et sur les Îles éoliennes.

Le territoire de la ville – défini au début du XXe siècle Grande Reggio – se trouve au centre d’un plus vaste ensemble (aire urbaine du détroit) d’environ 391 500 habitants comprenant de nombreuses villes entre Bagnara Calabra au nord et Melito di Porto Salvo au sud, et jusqu’au massif de l’Aspromonte. L’influence économique, culturelle ainsi que la fonction de pôle d’attraction de Reggio s’étend du port de Gioia Tauro jusqu’à la Locride. En outre, l’aire urbaine de Reggio ainsi que l’aire urbaine de Messine (séparées de 3 km par le bras de mer du détroit de Messine) vont probablement fusionner dans les années à venir en vue de constituer l’Aire urbaine intégrée du Détroit (Area Metropolitana Integrata dello Stretto), dont la population avoisinera 885 000 habitants.

Baignée par les splendides eaux de la Mer Ionienne et la Mer Tyrrhénienne et séparée de la Sicile par le détroit de Messine.
Le climat accueillant, les magnifiques couleurs de la mer, les côtes rocheuses s’alternant aux littoraux sableux, la nature sauvage et mystérieuse, les saveurs intenses et authentiques de la cuisine locale, les témoignages de ses anciennes origines, font de la Calabre un lieu unique, aussi bien en hiver qu’en été.

Tous les désires peuvent être exaucés. Ceux qui aiment la nature, ses parfums et ses mystères, pourront pénétrer dans l’arrière-pays de la Calabre en découvrant un paysage pur et préservé, où les vastes étendues vertes sont interrompues par la couleur bleu des lacs et des cascades.

Pour ceux qui aiment le soleil et se plonger dans une mer cristalline, il est possible de choisir les gracieuses localités au bord de la mer Tyrrhénienne et Ionienne.

Pour ceux qui préfèrent connaître le passé de cette terre, la Calabre berceau de la Grande-Grèce et pays d’anciennes civilisations, compte de nombreuses églises, monastères, châteaux, palais et lieux où survivent encore des coutumes et des traditions séculaires.

A découvrir:
tropea

Le monde entier connaît les Bronzes de Riace, exposés au Musée National de Reggio de Calabre, qui représentent un incroyable témoignage de la Grande-Grèce, une époque qui a profondément marqué l’histoire de cette terre. Ces merveilleuses statues représentant deux héros guerriers, sont un rare exemple de sculpture grecque classique.

Aux passionnés de la mer, la Calabre – avec ses 800 kilomètres de côte –offre un vaste choix de plages comme celle de Capo Vaticano, dans la province de Vibo Valentia, classée comme parmi les 100 plus belles plages du monde: une longue étendue de sable très fin, entourée d’arbres séculaires et baignées par une mer cristalline où l’on trouve une grande variété de faune marine.

scilla1

Une immersion dans la nature sauvage de l’arrière-pays de la Calabre est une expérience à ne pas manquer et les Parcs de la Sila, des Serre, de l’Aspromonte et du Pollino sont parmi les destinations naturelles les plus intéressantes. Les « fiumare » (cours d’eau typiques de l’Italie du Sud) et les « grandi pietre » (Grandes Roches) de l’Aspromonte les « patriarchi vegetali » (littérairement patriarches végétaux) de la Sila, la richesse de la faune des Serre, sont seulement certaines parmi les merveilles de la nature que cette terre nous offre.

La Grèce

La Grèce, en forme longue la République hellénique, est un État d’Europe du Sud et membre de l’Union européenne, situé dans l’extrême Sud des Balkans. Sa capitale et sa plus grande ville est Athènes.

La Grèce, d’une superficie de 131 957 km2 pour un peu moins de onze millions d’habitants, partage des frontières terrestres avec l’Albanie, l’Ancienne République yougoslave de Macédoine, la Bulgarie et la Turquie et partage des frontières maritimes avec l’Albanie, l’Italie, la Libye, l’Égypte et la Turquie, cette dernière source de contentieux. La mer Ionienne à l’ouest et la mer Égée à l’est, parties de la mer Méditerranée, encadrent le pays dont le cinquième du territoire est constitué de plus de 9 000 îles et îlots dont près de 200 sont habités. De plus, 80 % de son territoire est constitué de montagnes dont la plus haute est le mont Olympe avec 2 917 mètres.

L’histoire de la région qui constitue son territoire actuel est très riche. La Grèce antique, avec ses cités, sa philosophie, sa démocratie ou son théâtre, a fortement influencé l’Empire romain et est devenue, depuis la Renaissance, l’un des modèles de culture européenne et de la civilisation occidentale moderne. En s’hellénisant, l’Empire romain d’Orient est devenu un empire grec, tout comme ses États successeurs (Trébizonde, Épire, Mistra ou Doros). L’influence et la présence grecques tout au long de ses périodes dépassèrent les limites du territoire actuel : cités et populations grecques d’Asie mineure et du pourtour de la mer Noire, Empire de Nicée, despotat de Dobrogée au XIVe siècle ou principautés de Valachie et de Moldavie à l’époque phanariote au XVIIIe siècle.

C’est au début des années 1830 que le premier État grec indépendant de l’ère moderne vit le jour, à la suite d’une guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman.

La Grèce n’est pas qu’un conservatoire de ruines antiques, si belles soient-elles, et ne se limite pas à son lointain passé prestigieux. Elle a beaucoup à proposer à qui sait sortir des sentiers battus.
Le dépaysement se trouve en fait là où, a priori, il n’y a rien à voir. C’est dans les endroits perdus de la Grèce que l’on a encore la chance d’être accueilli dans le respect de la tradition grecque, celle de la philoxénia, l’« hospitalité » traditionnelle des Grecs, qui a malheureusement tendance à disparaître dans les endroits touristiques.
La Grèce des monuments et des îles (mais pas toutes) constitue donc la Grèce la plus touristique. Bien entendu, la Grèce n’en finit pas de panser ses plaies : les tragédies nationales que furent les incendies meurtriers des années 2007 et 2009 sont encore dans toutes les mémoires.
Et à ces drames est venue s’ajouter la crise économique – et morale – que subit la Grèce depuis 2009 et qui s’éternise… Mais, malgré toutes les difficultés, si l’on en juge par la fréquentation touristique de ces dernières années, le pays garde intact son pouvoir d’attraction, et c’est tant mieux !

A ne pas manquer
Athènes
athenes
Souvent, on ne fait que passer à Athènes pour visiter l’Acropole, avant de filer vers les îles grecques ou le Péloponnèse. Pas forcément séduisante au premier abord, la capitale grecque mérite vraiment une halte prolongée. Musées passionnants, quartiers animés et attachants, restos et bars à foison, Athènes fait partie de ces villes à vivre, tout autant qu’à visiter. Athènes, nous, on aime !

Delphes
delphes
Situé à 169 km d’Athènes, Delphes est l’un des sites archéologiques les plus importants de Grèce. Sanctuaire commun à toutes les cités de la Grèce antique, Delphes eut un rayonnement religieux considérable. Niché sur l’un des flancs du mont Parnasse, ce sanctuaire dédié à Apollon et qui se caractérise par la présence d’un oracle où officiait une pythie, jouit d’un splendide panorama sur la vallée avec, à l’horizon, le golfe de Corinthe. Le temple d’Apollon et le théâtre, qui datent du IVe s. av. J.-C., sont remarquables de beauté. N’oubliez pas de visiter le musée, d’une richesse extraordinaire.
Les Météores
monatere
Les Météores constituent l’une des plus belles curiosités de la Grèce. Dans la plaine de Thessalie se dressent d’imposants pitons rocheux où trônent des monastères des XIVe et XVe siècles. Aujourd’hui, il ne reste plus que six monastères en activité. Il est possible de faire de l’escalade dans les Météores, bien que des mesures de restriction devraient être prises prochainement puisqu’il s’agit d’un site protégé.
Monemvassia
venicieux
Situé à 62 km au sud-est de Géraki, Monemvassia se divise entre une petite ville moderne de bord de mer et, surtout, un village médiéval enchanteur, caché derrière un promontoire rocheux, enserré dans des remparts vénitiens plongeant dans la mer et relié à la terre par une digue. N’oubliez pas de monter jusqu’à la citadelle, d’où la vue est exceptionnelle. L’endroit, totalement protégé, a traversé les siècles en demeurant intact. Monemvassia compte parmi les plus belles haltes du Péloponnèse.
Olympie
olympie
A 322 km d’Athènes, 115 km de Patras et au pied du mont Kronion, Olympie monopolisa pendant près de dix siècles la communion religieuse et politique de la Grèce antique. Il s’agit d’un centre religieux, très régulé et hiérarchisé, rythmé par un rituel quotidien et quelques fêtes, dont la plus importante était les Jeux Olympiques. Découvert au XIXe s, le site d’Olympie est exceptionnel.

Les Alpes

Les Alpes sont une chaîne de montagnes qui s’étend en Europe, recouvrant la frontière nord de l’Italie, le sud-est de la France, Monaco, la Suisse, le Liechtenstein, l’Autriche, le sud de l’Allemagne et la Slovénie.

Les Alpes culminent à 4 809 mètres, au sommet du mont Blanc. On recense 82 sommets majeurs de plus de 4 000 m d’altitude (Suisse : 48, Italie : 38, France : 24). Les cols de montagne reliant les vallées ou les pays dépassent souvent les 2 000 m d’altitude. Les Alpes forment une barrière de 1 200 km entre la Méditerranée et le Danube.

Difficile de contenir les Alpes en quelques lignes. Colossale chaîne, hérissée de sommets dont plus de 80 dépassent les 4 000 m d’altitude, s’étirant sur 1 200 km
« La montagne, ça vous gagne », disait la publicité. Pour une fois, la pub disait vrai ; ça vous élève près du ciel, avec les aigles et le soleil ; ça vous éblouit de glaciers, d’aiguilles, de monts roses et bleus de cristal ; ça vous écrase au creux des vallées, des défilés, des failles ; quel vertige !
Les Alpes sont reines parmi les montagnes, toujours altières. Le mont Blanc rêve de rêveurs et d’alpinistes. Splendides parcs naturels – Bauges et Chartreuse – et un parc national (de la Vanoise), refuge de bouquetins, de chamois et d’une faune protégée. Et leurs perles, lacs d’altitude noirs ou turquoise, toujours solitaires et secrets. Les Alpes égrènent cascades, torrents, rivières, crues sauvages, longues prairies semées de couleurs.
Puis le village en hameaux épars et les hommes, éleveurs, ébénistes, cultivateurs de parcelles courtes et pentues.
Dans les Alpes, de petites villes s’immiscent dans les vallées, se posent au bord des lacs, s’accrochent aux pentes.
Les hommes décident aujourd’hui de prendre soin de la montagne. Ce sont les réserves et les parcs naturels, les stations-villages, les lacs sauvés de la pollution.

Découvrez le top 10 des meilleures stations de ski françaises

Dans à peine plus d’un mois, les premières stations de ski remettront en route leurs remontées mécaniques. Où aller pour goûter aux joies de la poudreuse ? Découvrez le top 10 des meilleures stations de ski dans les Alpes françaises.

1. La Plagne

La Plagne est la station de ski la plus populaire du monde. L’année dernière, la célèbre station a attiré 2,5 millions de visiteurs – plus que la population de Paris intra-muros. Il faut dire que la station est immense : elle compte 225 kilomètres de pistes de ski alpin et même 425 km en intégrant les pistes des Arcs, accessibles depuis le Vanoise Express, l’un des plus grands téléphériques au monde. Outre le ski, la Plagne est également l’unique station française à disposer de pistes de bobsleigh olympique – elles furent construites pour les JO de 1992. Ce n’est pas donné – comptez 41€ à 115€ pour une descente qui dure une minute – mais cela est à essayer au moins une fois dans votre vie.

Télésiège, La Plagne

2. Val Thorens

Située à 2 300 mètres d’altitude, Val Thorens est la plus haute station de ski d’Europe et l’une des plus grandes stations de ski de France. En effet, la station dispose de 150 kilomètres de pistes de ski alpin réparties sur 68 pistes, dont 27 pistes rouges ! Si cela n’était pas suffisant pour vous, sachez que Val Thorens fait partir du domaine des 3 Vallées, le plus grand domaine skiable du monde. Pour votre information, les 3 vallées comportent 490 kilomètres de pistes de ski alpin réparties sur pas moins de 335 pistes différentes. Certes, le forfait des 3 Vallées n’est pas donné : 283€ pour 6 jours contre 228€ le forfait 6 jours pour le domaine de Val Thorens. Mais le jeu en vaut la chandelle.

Val Thorens

3. Flaine

Avez-vous la hantise de réserver un séjour au ski et de découvrir, une fois arrivé sur place, que la qualité du manteau neigeux n’est pas au rendez-vous ? Si oui, rendez-vous à Flaine. Créée en 1968, cette station de Haute-Savoie est la station de ski la plus enneigée de France. L’année dernière, pas moins de 414 centimètres de neige fraîche sont tombés sur le domaine skiable ! Certes, la réussite architecturale de la station est discutable, mais une chose est sûre : les montagnes environnantes sont magnifiques. Enfin, vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer au cours de votre séjour. En effet, Flaine fait partir du Grand Massif, un immense domaine skiable comportant 137 pistes d’une longueur totale de 265 kilomètres !

Flaine

4. Megève

Au cours des années 1920, Megève est devenue une station de renommée mondiale lorsque la famille Rothschild décida d’en faire son lieu de villégiature, transformant Megève en une station ultra-huppée sur le même modèle que la station suisse de Saint-Moritz. Aujourd’hui encore, Megève est – avec Courchevel – la station de ski française la plus prisée de l’élite mondiale. Il faut dire que la station ne manque pas d’atouts :

• Megève est sans doute la plus belle des stations de ski de France

• Lorsqu’il fait beau, il est possible de voir le majestueux Mont Blanc

• Le domaine skiable de Megève – Évasion Mont-Blanc – est immense : 219 pistes – dont 82 rouges – d’une longueur totale de 445 km.

Megève

5. L’Alpe D’Huez

Située à 59 kilomètres à peine de Grenoble, l’Alpe d’Huez est une destination prisée par tous les aficionados de sports de glisse. En effet avec 250 kilomètres de pistes de ski alpin, l’Alpe d’Huez est l’un des plus grands domaines skiables français. Mieux : la station abrite la piste de légende Sarenne – la piste noire la plus longue du monde (16 km de long !). Enfin, l’Alpe d’Huez est également très appréciée pour son climat très avantageux. Surnommée « l’île au Soleil », la station de ski reçoit plus de 300 jours de soleil par an.

Alpe d'Huez

6. Les deux Alpes

Située à 8,8 km à vol d’oiseau de l’Alpe d’Huez, la deuxième station de ski la plus ancienne de France – après Chamonix – est prisée par les skieurs du monde entier. En effet, outre son grand domaine skiable – 102 pistes d’une longueur totale de 227 kilomètres, les deux Alpes sont connues pour abriter le plus grand glacier skiable d’Europe où il est possible de skier hiver comme été. Par ailleurs, la station abrite la plus haute piste de ski de France – son départ est situé à près de 3 600 mètres d’altitude ! Depuis son sommet, vous pourrez enchaîner un dénivelé de 2000 mètres – plus de 6 fois la hauteur de la tour Eiffel – sans avoir à emprunter la moindre remontée mécanique – un record mondial. De quoi skier 30 minutes à une heure non-stop !

Les deux Alpes

7. Serre-Chevalier

Située dans les hautes Alpes à 16 km de Briançon, Serre-Chevalier – « Serre-che » pour les intimes – est une station de ski pas comme les autres. En effet, la station abrite un important domaine de ski alpin – le domaine comporte 100 pistes d’une longueur totale de 250 kilomètres – mais aussi de ski de fond. Par ailleurs, la station est, à l’instar de l’Alpe d’Huez, l’une des plus ensoleillées de France (300 jours de soleil par an). Enfin, selon le site de location Locasun, Serre-Chevalier est la station de ski au meilleur rapport qualité/prix de France.

Serre-Chevalier

8. Avoriaz

Située à deux pas de la Suisse, Avoriaz est une station de ski intéressante où aller le temps de vacances. Certes, le domaine skiable en tant que tel est relativement « petit » – le domaine d’Avoriaz ne comporte « que » 34 remontées mécaniques et 51 pistes de ski alpin. Ceci étant, Avoriaz fait partie du domaine skiable « Les portes du soleil », le deuxième plus gros domaine skiable au monde après les 3 Vallées. En quelques chiffres, les portes du Soleil, c’est :

• 283 pistes de ski alpin d’une longueur totale de 425 km situées dans deux pays (France et Suisse)

• 400 km² de domaine alpin – 4 fois la taille de Paris intra-muros

Enfin, après une journée de ski éprouvante, vous pourrez vous reposer à l’Aquariaz, un immense centre aquatique tropical où l’eau est chauffée à 29°C, été comme hiver !

Avoriaz

9. Val d’Isère

C’est à Val d’Isère qu’à grandi et skié Jean Claude Killy, l’un des meilleurs skieurs de tous les temps. La station de ski a accueilli les Jeux olympiques d’hiver d’Albertville en 1992 ainsi que les championnats du monde de ski alpin en 2009. Enfin, elle vient récemment d’être élue meilleure station française de l’année ! Bref, Val-d’Isère est l’une des meilleures stations et les plus connues de France. Disposant d’un domaine skiable relié à celui de Tignes, l’Espace Killy est l’un des plus grands domaines de France – vous avez accès à 154 pistes de ski (dont 71 rouges ou noires) d’une longueur totale de 300 km.

Val d'Isère

10. La forêt blanche

Située à une vingtaine de kilomètres de la ville d’Embrun dans les Hautes-Alpes, la forêt blanche est l’un des plus grands domaines skiables des Alpes du Sud. Composé de deux stations reliées entre elles – Risoul et Vars – la forêt blanche dispose de 105 pistes d’une longueur totale de 185 kilomètres qui offrent des paysages variés. Si vous aimez skier dans des pistes boisées, rendez-vous à Risoul. Si au contraire vous préférez les vues dégagées que peuvent offrir les pistes sans arbres, rendez-vous à Vars. Enfin, Vars est également le temple du ski de vitesse. En effet, la station abrite la célèbre piste de Chabrières où les meilleurs skieurs du monde peuvent dépasser les 250 km/h à pleine vitesse !

Afrique du Sud

Qui aurait pensé que l’Afrique du Sud parviendrait à chasser ses vieux démons et retrouverait la voie de la paix civile et de la respectabilité ?
Le régime de ségrégation raciale (l’apartheid) en vigueur à partir de 1948 a été aboli le 30 juin 1991. En avril 1994, les Sud-Africains participèrent aux premières élections démocratiques et non raciales jamais organisées dans leur pays. Après 27 années de détention, le prisonnier politique le plus célèbre du monde, Nelson Mandela, devenait le chef d’État le plus admiré de la planète. La « nation Arc-en-Ciel » connaissait alors un véritable état de grâce.
L’Afrique du Sud opta, malgré une réelle violence, pour la solution de la réconciliation. La philosophie humaniste de quelques hommes, doublée d’un grand pragmatisme, parvint à mettre sur pied, dans la paix, un des plus spectaculaires retournements politiques que l’histoire ait connus, évitant une guerre civile et la fuite des grands capitaux. En une décennie et demie, l’Afrique du Sud est ainsi devenue une nation démocratique et multiraciale qui étonne le monde entier.
Il reste beaucoup à faire pour abolir la ségrégation sociale et économique. Vous rencontrerez une Afrique du Sud multifacettes, souvent poignante, qui tente de redistribuer les cartes de manière un peu plus équitable, après des siècles de tourments et d’injustice.
L’Afrique du Sud possède un relief d’une infinie variété et des paysages d’une remarquable beauté. Baignée par deux océans (Atlantique et Indien), c’est une mosaïque de steppes sans fin, de savanes, de montagnes, de zones désertiques, de plages aux eaux turquoise, de grandes villes à l’américaine, de petits villages zoulous hors du temps.
On passe presque sans transition des quartiers branchés de Cape Town aux plus misérables des townships ; de la sauvage route des Jardins à la furie urbaine du Gauteng ; sans oublier les riches parcs animaliers.

Visiter l’immense township de Soweto, et découvrir l’un des lieux historiques de la lutte contre l’apartheid. Explorer le parc national du Pilanesberg. Séjourner dans le parc Kruger. Se poser sur un rocher, face à l’immensité grandiose qu’offre le point de vue des Three Rondavels. Observer les rhinocéros dans le parc national de Hluhluwelmfolozi. Flâner en bateau sur l’estuaire de Saint Lucia, pour regarder barboter hippopotames et crocodiles. Randonner sur les sentiers du Drakensberg, au pied du Lesotho. Goûter à l’atmosphère très relax de Cape Town. Explorer la région des vins…

A ne pas manquer

Wild Coast
wild coast
Collines, falaises et cascades tombant dans l’océan, une nature vierge ponctuée de huttes habitées depuis toujours par les Xhosa.

Drakensberg
drankensberg
Les Alpes de l’Afrique du Sud : paysages de montagnes et de piémont, nature revigorante, dans un climat rafraîchissant idéal pour randonner.

Cap de Bonne-Espérance
cap de bonne-esperance
Une falaise au bout du monde, dans une réserve naturelle ; panoramas dramatiques le long de la côte, babouins et antilopes.

Robben Island
robben
L’une des îles-prisons les plus célèbres du monde, où Nelson Mandela passa 19 ans d’emprisonnement ; visite menée par un ancien détenu politique.

Tunisie

Partie intégrante du Maghreb, la Tunisie reste encore trop souvent prisonnière des images-cartes postales qui hantent l’imaginaire (plages exotiques, ruines édifiantes, désert de solitude…), autant de clichés synonymes de vacances réussies.
Gardienne d’un savant équilibre entre modernité et tradition, la Tunisie offre pourtant mille et une pistes pour découvrir ses autres facettes. Le voyageur pourra alors suivre sans peine les empreintes fugitives des civilisations qui se sont succédé sur ces paysages et les ont façonnés : les Phéniciens, qui fondèrent Carthage, les Romains, qui la détruisirent et colonisèrent toute l’Afrique du Nord, les Byzantins, les Arabes, les Andalous, les Turcs, puis les Italiens et les Français.
La Tunisie offre des paysages d’histoire, mais aussi paysages tout court : la diversité des côtes n’a d’égal que les nuances du djebel ou du désert. Des montagnes pluvieuses de Kroumirie aux premières dunes du Sahara en passant par les plaines du Sahel, la Tunisie est une terre de rencontres, un carrefour des civilisations. Se souvenir d’Hamilcar, de saint Augustin, d’Ibn Khaldoun, de Barberousse..

Lieux a visité

Parcourir la médina de Tunis, où se mêlent l’activité débordante des souks et la quiétude des ruelles. Entreprendre la visite incontournable du nouveau musée du Bardo, riche des plus belles mosaïques romaines découvertes jusqu’à ce jour. Effectuer une plongée dans les tombants de Tabarka. S’enfoncer dans les maisons romaines construites en sous-sol, dans l’antique Bulla Regia. Se perdre dans les ruelles de la médina de Kairouan. Passer une nuit aux îles Kerkennah. Se baigner aux aurores dans la source chaude de Ksar-Ghilane…

Bizerte
bizerte

Ancienne base navale traversée par un canal reliant le lac de Bizerte à la Méditerranée ; vieux port, Grande Mosquée et fort Sidi-El-Hanni.

Carthage
carthage

Ville célèbre pour son site archéologique classé à l’Unesco, vestiges d’une cité antique au grand rayonnement ; le Musée national.

Chott El-Djerid
el-djerid

Dépression constituée d’une agglomération de cristaux de sel, un mirage sans fin entre désert de pierres et désert de sable.

Djerba
djerba

Petite île synonyme de douceur de vivre ; mer turquoise corsetée de plages de sable fin ; l’architecture ibadique, et les secrets de l’intérieur.

Ksar-Ghilane
desert

Source chaude, oasis touristique bordée par le Sahara et le Grand Erg, refuge de nomades et base de belles excursions dans le désert.