Tag Archives: mer

Reggio de Calabre Italie

Reggio de Calabre, habituellement appelée Reggio Calabria, ou Reggio dans le sud de l’Italie, est la première ville calabraise de par son ancienneté, sa superficie et sa population, ainsi que le chef-lieu de la province et le siège du Conseil régional de Calabre. Avec 186 547 habitants, Reggio est la 7e ville la plus peuplée du sud de l’Italie et la 18e au niveau national.

Reggio est au centre d’une zone touristique considérable de par son importance historique, culturelle et balnéaire; c’est également un centre universitaire, et le cœur d’une zone agricole particulièrement fertile grâce à son climat tempéré, avec la production d’huiles d’olive, de vins, d’agrumes et de légumes, parmi lesquels l’on trouve la production typiquement locale de la bergamote. Cet agrume ne pousse qu’en terres reggine et il est ainsi devenu un des symboles de la ville.

Reggio se situe à la pointe de la botte, sur les pentes de l’Aspromonte, en position centrale dans la mer Méditerranée, sur la rive orientale du détroit de Messine (où l’on place la rencontre entre Ulysse et les monstres mythologiques Charybde et Scylla, décrite par Homère) d’où elle jouit d’un panorama exceptionnel sur la Sicile, sur l’Etna et sur les Îles éoliennes.

Le territoire de la ville – défini au début du XXe siècle Grande Reggio – se trouve au centre d’un plus vaste ensemble (aire urbaine du détroit) d’environ 391 500 habitants comprenant de nombreuses villes entre Bagnara Calabra au nord et Melito di Porto Salvo au sud, et jusqu’au massif de l’Aspromonte. L’influence économique, culturelle ainsi que la fonction de pôle d’attraction de Reggio s’étend du port de Gioia Tauro jusqu’à la Locride. En outre, l’aire urbaine de Reggio ainsi que l’aire urbaine de Messine (séparées de 3 km par le bras de mer du détroit de Messine) vont probablement fusionner dans les années à venir en vue de constituer l’Aire urbaine intégrée du Détroit (Area Metropolitana Integrata dello Stretto), dont la population avoisinera 885 000 habitants.

Baignée par les splendides eaux de la Mer Ionienne et la Mer Tyrrhénienne et séparée de la Sicile par le détroit de Messine.
Le climat accueillant, les magnifiques couleurs de la mer, les côtes rocheuses s’alternant aux littoraux sableux, la nature sauvage et mystérieuse, les saveurs intenses et authentiques de la cuisine locale, les témoignages de ses anciennes origines, font de la Calabre un lieu unique, aussi bien en hiver qu’en été.

Tous les désires peuvent être exaucés. Ceux qui aiment la nature, ses parfums et ses mystères, pourront pénétrer dans l’arrière-pays de la Calabre en découvrant un paysage pur et préservé, où les vastes étendues vertes sont interrompues par la couleur bleu des lacs et des cascades.

Pour ceux qui aiment le soleil et se plonger dans une mer cristalline, il est possible de choisir les gracieuses localités au bord de la mer Tyrrhénienne et Ionienne.

Pour ceux qui préfèrent connaître le passé de cette terre, la Calabre berceau de la Grande-Grèce et pays d’anciennes civilisations, compte de nombreuses églises, monastères, châteaux, palais et lieux où survivent encore des coutumes et des traditions séculaires.

A découvrir:
tropea

Le monde entier connaît les Bronzes de Riace, exposés au Musée National de Reggio de Calabre, qui représentent un incroyable témoignage de la Grande-Grèce, une époque qui a profondément marqué l’histoire de cette terre. Ces merveilleuses statues représentant deux héros guerriers, sont un rare exemple de sculpture grecque classique.

Aux passionnés de la mer, la Calabre – avec ses 800 kilomètres de côte –offre un vaste choix de plages comme celle de Capo Vaticano, dans la province de Vibo Valentia, classée comme parmi les 100 plus belles plages du monde: une longue étendue de sable très fin, entourée d’arbres séculaires et baignées par une mer cristalline où l’on trouve une grande variété de faune marine.

scilla1

Une immersion dans la nature sauvage de l’arrière-pays de la Calabre est une expérience à ne pas manquer et les Parcs de la Sila, des Serre, de l’Aspromonte et du Pollino sont parmi les destinations naturelles les plus intéressantes. Les « fiumare » (cours d’eau typiques de l’Italie du Sud) et les « grandi pietre » (Grandes Roches) de l’Aspromonte les « patriarchi vegetali » (littérairement patriarches végétaux) de la Sila, la richesse de la faune des Serre, sont seulement certaines parmi les merveilles de la nature que cette terre nous offre.

La Grèce

La Grèce, en forme longue la République hellénique, est un État d’Europe du Sud et membre de l’Union européenne, situé dans l’extrême Sud des Balkans. Sa capitale et sa plus grande ville est Athènes.

La Grèce, d’une superficie de 131 957 km2 pour un peu moins de onze millions d’habitants, partage des frontières terrestres avec l’Albanie, l’Ancienne République yougoslave de Macédoine, la Bulgarie et la Turquie et partage des frontières maritimes avec l’Albanie, l’Italie, la Libye, l’Égypte et la Turquie, cette dernière source de contentieux. La mer Ionienne à l’ouest et la mer Égée à l’est, parties de la mer Méditerranée, encadrent le pays dont le cinquième du territoire est constitué de plus de 9 000 îles et îlots dont près de 200 sont habités. De plus, 80 % de son territoire est constitué de montagnes dont la plus haute est le mont Olympe avec 2 917 mètres.

L’histoire de la région qui constitue son territoire actuel est très riche. La Grèce antique, avec ses cités, sa philosophie, sa démocratie ou son théâtre, a fortement influencé l’Empire romain et est devenue, depuis la Renaissance, l’un des modèles de culture européenne et de la civilisation occidentale moderne. En s’hellénisant, l’Empire romain d’Orient est devenu un empire grec, tout comme ses États successeurs (Trébizonde, Épire, Mistra ou Doros). L’influence et la présence grecques tout au long de ses périodes dépassèrent les limites du territoire actuel : cités et populations grecques d’Asie mineure et du pourtour de la mer Noire, Empire de Nicée, despotat de Dobrogée au XIVe siècle ou principautés de Valachie et de Moldavie à l’époque phanariote au XVIIIe siècle.

C’est au début des années 1830 que le premier État grec indépendant de l’ère moderne vit le jour, à la suite d’une guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman.

La Grèce n’est pas qu’un conservatoire de ruines antiques, si belles soient-elles, et ne se limite pas à son lointain passé prestigieux. Elle a beaucoup à proposer à qui sait sortir des sentiers battus.
Le dépaysement se trouve en fait là où, a priori, il n’y a rien à voir. C’est dans les endroits perdus de la Grèce que l’on a encore la chance d’être accueilli dans le respect de la tradition grecque, celle de la philoxénia, l’« hospitalité » traditionnelle des Grecs, qui a malheureusement tendance à disparaître dans les endroits touristiques.
La Grèce des monuments et des îles (mais pas toutes) constitue donc la Grèce la plus touristique. Bien entendu, la Grèce n’en finit pas de panser ses plaies : les tragédies nationales que furent les incendies meurtriers des années 2007 et 2009 sont encore dans toutes les mémoires.
Et à ces drames est venue s’ajouter la crise économique – et morale – que subit la Grèce depuis 2009 et qui s’éternise… Mais, malgré toutes les difficultés, si l’on en juge par la fréquentation touristique de ces dernières années, le pays garde intact son pouvoir d’attraction, et c’est tant mieux !

A ne pas manquer
Athènes
athenes
Souvent, on ne fait que passer à Athènes pour visiter l’Acropole, avant de filer vers les îles grecques ou le Péloponnèse. Pas forcément séduisante au premier abord, la capitale grecque mérite vraiment une halte prolongée. Musées passionnants, quartiers animés et attachants, restos et bars à foison, Athènes fait partie de ces villes à vivre, tout autant qu’à visiter. Athènes, nous, on aime !

Delphes
delphes
Situé à 169 km d’Athènes, Delphes est l’un des sites archéologiques les plus importants de Grèce. Sanctuaire commun à toutes les cités de la Grèce antique, Delphes eut un rayonnement religieux considérable. Niché sur l’un des flancs du mont Parnasse, ce sanctuaire dédié à Apollon et qui se caractérise par la présence d’un oracle où officiait une pythie, jouit d’un splendide panorama sur la vallée avec, à l’horizon, le golfe de Corinthe. Le temple d’Apollon et le théâtre, qui datent du IVe s. av. J.-C., sont remarquables de beauté. N’oubliez pas de visiter le musée, d’une richesse extraordinaire.
Les Météores
monatere
Les Météores constituent l’une des plus belles curiosités de la Grèce. Dans la plaine de Thessalie se dressent d’imposants pitons rocheux où trônent des monastères des XIVe et XVe siècles. Aujourd’hui, il ne reste plus que six monastères en activité. Il est possible de faire de l’escalade dans les Météores, bien que des mesures de restriction devraient être prises prochainement puisqu’il s’agit d’un site protégé.
Monemvassia
venicieux
Situé à 62 km au sud-est de Géraki, Monemvassia se divise entre une petite ville moderne de bord de mer et, surtout, un village médiéval enchanteur, caché derrière un promontoire rocheux, enserré dans des remparts vénitiens plongeant dans la mer et relié à la terre par une digue. N’oubliez pas de monter jusqu’à la citadelle, d’où la vue est exceptionnelle. L’endroit, totalement protégé, a traversé les siècles en demeurant intact. Monemvassia compte parmi les plus belles haltes du Péloponnèse.
Olympie
olympie
A 322 km d’Athènes, 115 km de Patras et au pied du mont Kronion, Olympie monopolisa pendant près de dix siècles la communion religieuse et politique de la Grèce antique. Il s’agit d’un centre religieux, très régulé et hiérarchisé, rythmé par un rituel quotidien et quelques fêtes, dont la plus importante était les Jeux Olympiques. Découvert au XIXe s, le site d’Olympie est exceptionnel.

Maroc

Avec le Maroc, c’est toute une palette de destinations de natures variées qui s’offrent au voyageur : Marrakech arrive en tête de liste évidemment, avec sa superbe médina, ses souks colorés et la place Djema El-Fna ; c’est un peu la quintessence de l’idée (touristique) que l’on se fait du pays…

Mais un séjour pourra tout aussi bien prendre pour cadre Fès et son riche patrimoine, Essaouira, son port et son décor marin, Agadir pour ses plages et ses loisirs, Ouarzazate aux portes du Sahara, Rabat la capitale, Tanger le trait-d’union, la moderne et branchée Casablanca, le parc national du Toubkal, les montagnes de l’Atlas, ou même des stations de ski en hiver… Les possibilités sont immenses !

Le Maroc est un pays à la géographie contrastée, marqué par une riche histoire et par l’identité forte de ses habitants, ce qui lui confère toute sa profondeur. La cuisine marocaine sera un autre volet passionnant d’un voyage au Maroc, les fameux couscous et tajines, parmi de nombreuses autres spécialités, la cuisine de rue également… Il est facile de se régaler (sans se ruiner) et beaucoup n’hésitent pas à classer la cuisine marocaine parmi les meilleures du monde… il ne reste qu’à se laisser convaincre.

Aux confins entre Occident et Afrique, prisonnier entre mer Méditérranée et océan Atlantique, le territoire marocain regorge de richesses. Historiquement, le pays a vécu aux rythmes des différentes dynaties qui se sont succèdées laissant derrière elles, des vestiges architecturaux, culturels et symboliques. Les temps de la colonisation se sont achevés par l’obtention de l’indépendance, l’occasion pour le Maroc de s’affirmer en temps que monarchie constitutionelle.

De nos jours, le Maroc existe grâce à une civilisation forte, enrichie de son passé et qui, de part ce fait, attire de nombreux touristes tout au long de l’année. Le Maroc c’est également une atmosphère chaleureuse, un territoire aux couleurs chaudes, une population ouverte, partageant ses savoir faire et ses traditions. Entre souks et musées, monuments et excursions, palmeraies et palais, les visiteurs sauront satisfaire leur soif de découverte et de visite, toutes plus incontournables les unes que les autres.

Nul doute que les visiteurs tomberont amoureux de ce pays des mille et une nuits.

Vous aurez le choix entre de nombreux circuits et séjours au Maroc. Les deux circuits les plus classiques sont les villes impériales et le sud marocain. Beaucoup de circuits, en générale de plus d’une semaine, combine les deux.

 

Portugal

Vous disposez de peu de jours et souhaitez découvrir un peu le Portugal? Pourquoi ne pas commencer par les principales villes du pays à seulement quelques heures de vol des capitales européennes les plus importantes ? Lisbonne, une ville pleine de lumière au bord du fleuve Tage et de l’océan, ou Porto qui partage son nom avec le célèbre vin, produit sur les versants d’un autre fleuve – le Douro.

Si vous choisissez de découvrir Lisbonne, la capitale portugaise, commencez par visiter le centre-ville –  Baixa Pombalina -, au cœur de la ville, limitée par la grandiose place Praça do Comércio qui s’ouvre sur le fleuve. Pour admirer les vues, montez jusqu’au Château de São Jorge, prenez  l’ascenseur Elevador de Santa Justa ou accédez à d’autres points de vue,  tels que São Pedro de Alcântara et Graça. Prenez part également à une promenade en tramway à travers les quartiers typiques d’Alfama et de Mouraria et laissez-vous surprendre par les perspectives sur l’ensemble de maisons et le Tage qui se dévoilent à chaque coin de rue, et, qui sait, par la mélodie du fado.

Thalassothérapie

Tout le monde sait que le Portugal a un lien très fort avec l’Atlantique sous différents aspects, notamment économiques et de loisirs. Mais cet océan possède aussi des caractéristiques dans sa composition qui font de lui l’une des eaux les plus riches pour la thalassothérapie. C’est une source d’éléments vitaux et sa composition ressemble à celle du plasma humain, ce qui lui permet d’avoir une action bénéfique sur le bien-être physique et mental. Parmi ses oligo-éléments se trouvent du magnésium, de l’iode, du lithium, du zinc, du cuivre, du sélénium et du calcium, entre autres sels minéraux essentiels pour le corps.

Le Portugal est mondialement reconnu comme destination de golf et la plupart de ses terrains, dessinés par des architectes de renom, sont de bons défis pour les golfeurs.

Toujours dans un esprit d’intégration dans le paysage, la plupart des terrains ont des parcours dont les tracés sont adaptés aux différents niveaux de difficulté. Parmi eux, certains se distinguent par leur difficulté et leur environnement, en mettant vraiment à l’épreuve l’expérience et la technique des joueurs.