Tag Archives: ile

Monaco

La petite enclave de Monaco fait toujours autant parler d’elle. Connue à travers le monde pour sa famille princière dont la vie intrigue tout particulièrement les tabloïds people, le rocher continue d’agir comme un aimant sur les visiteurs en mal de paillettes, de soleil, et de Méditerranée.

Monaco n’est pas faite pour les amateurs de grands espaces : son minuscule territoire est entièrement urbanisé et cherche à gagner sur la mer… mais on arrive tout de même à y organiser chaque année un Grand Prix de Formule 1 ! La Principauté est une destination très prisée des touristes qui apprécient particulièrement son climat méditerranéen et les multiples manifestations sportives et culturelles qui rythment l’année.

Le Rocher est un grand repère de la jet set, avec de nombreuses boutiques de mode, de grosses voitures rutilantes sur les parkings, des hôtels de luxe et grands palaces à renommée mondiale, des restaurants chics, le casino pour faire des folies, des clubs selects où l’on dépense sans compter… Autant dire que votre compte en banque risque d’être sérieusement sollicité durant un séjour à Monaco, une destination qui n’est pas faite pour les petits budgets !

Excursion monégasque

C’est pour cela que beaucoup choisissent de préparer l’excursion à Monaco pour la journée avant de repartir. Vu les dimensions réduites de la Principauté, il ne sera pas difficile d’en faire le tour dans ce court laps de temps, en s’intéressant au passage au Palais Princier, à la cathédrale, au musée Océanographique et aux jardins monégasques. La promenade le long du port ou du côté du Casino sont indispensables pour connaître ce qui rythme la vie de Monaco.

Guide : les quartiers de Monaco

Monaco est minuscule territoire entièrement urbanisé qui cherche à gagner sur la mer. Autant dire que vous en aurez vite fait le tour à pied, attention par contre ça grimpe. Monaco est divisé en dix quartiers :

-Monaco-Ville.
Egalement connu comme «le Rocher» est encore un village médiéval au cœur d’un site étonnamment pittoresque. Il est constitué presque entièrement de rues piétonnes et de vieilles demeures pleines de charme. Il y a plusieurs hôtels, des restaurants et des boutiques de souvenirs. Vous pouvez également visiter le Palais Princier, la Cathédrale, le Musée océanographique, l’hôtel de ville et les jardins de Saint-Martin.

-La Condamine.
La Condamine est le quartier commerçant de la principauté de Monaco, il est situé derrière le port de Monaco (port Hercule). Ce quartier est célèbre pour être le lieu de départ et d’arrivée du Grand Prix automobile de Monaco Les principales choses à voir ici sont le Port Hercule et l’église Sainte-Dévote du XVIIIe siècle.

-Monte-Carlo.
Monte-Carlo, le quartier le plus célèbre de Monaco, que l’on a d’ailleurs tendance à le confondre avec le pays entier. C’est dans cette zone que se trouvent le grand casino de Monte-Carlo et les hôtels les plus prestigieux de la capitale (Hôtel de Paris, Hôtel de l’Hermitage, Café de Paris, Résidence Park Palace, Résidence Mirabeau, Résidence Monte-Carlo Star).

-Fontvieille.
Situé à l’ouest de Monaco, Fontvieille est un quartier moderne et résidentiel qui fut pris sur la mer. Il accueille le nouveau port de plaisance de la Principauté de Monaco et l’exposition de la collection de voitures anciennes du Prince Rainier III de Monaco (Pour les amateurs, le port abrite des yacht extrêmement luxueux.) On y trouve également le Musée des Timbres et des Monnaies et le Musée Naval, ainsi qu’un jardin animalier et enfin le Chemin des Sculptures qui présente plusieurs œuvres d’artistes contemporains.

-La Rousse.
La Rousse/Saint-Roman est situé dans la partie est de la principauté de Monaco, c’est un quartier essentiellement résidentiel, bien que la Tour Odéon, un nouveau complexe d’affaires, y soit en construction.

-Larvotto.
Larvotto/Bas Moulins est situé dans la partie sud-est de de Monaco, le quartier est essentiellement résidentiel, il est par ailleurs le quartier le plus peuplé de la Principauté. Larvotto longe la frontière française et la commune de Roquebrune-Cap-Martin, près d’un tiers de sa superficie a été conquise par la construction de terres-pleins maritimes, lesquels ont permis la construction d’un vaste complexe hôtelier, du forum Grimaldi et du Jardin japonais. On y trouve la seule plage monégasque accessible au public.

-La Colle.
La Colle est une petite zone résidentielle situé dans le nord-ouest de Monaco, juste au nord de Fontvieille. Certains petits hôtels peuvent être trouvés ici.

-Les Révoires.
C’est le plus petit et le moins peuplé des quartiers de Monaco. Le Jardin exotique de Monaco s’y trouve.

-Moneghetti.
Moneghetti est un quartier calme et résidentiel, il possède néanmoins de nombreuses boutiques et magasins, ainsi que près de 50 petits hôtels. Le quartier est réputé pour ses pentes raides.

-Saint-Michel.
Saint Michel est un petit quartier résidentiel archi-peuplé, avec de grandes tours d’habitation. Il se trouve directement le long de la ville voisine française de Beausoleil, ainsi que les quartiers des monégasques deMonte Carlo, la Condamine et Moneghetti. 20 petits hôtels peuvent être trouvés ici, boutiques et restaurants ne manquent pas non plus.

Corse

La Corse est une île et une collectivité territoriale française, située en mer Méditerranée.

Quatrième île de Méditerranée par sa superficie, la Corse a fait partie durant près de quatre siècles de la République de Gênes avant de se déclarer indépendante le et d’adopter la première Constitution démocratique de l’histoire moderne (1755). Cédée par Gênes à la France le , elle est conquise militairement par le Royaume de France lors de la bataille de Ponte-Novo, le .

Divisée en deux départements (Corse-du-Sud et Haute-Corse), la Corse constitue une collectivité territoriale à statut particulier administrée par une Assemblée et un conseil exécutif.

La Corse est un petit rocher balancé dans un univers coupé en deux. En haut, le passé et ses souvenirs (vendetta, maquis), en bas, la mer.
Les dieux de la Méditerranée auraient pu s’y installer en villégiature. La Corse est aussi le berceau d’une communauté longtemps malmenée par l’Histoire. Un peuple qui a souffert des envahisseurs et de l’isolement.
Fille de la « mère » Méditerranée, la Corse a su tirer bénéfice de toutes les influences du Bassin. « Métisse » mentale et culturelle, la Corse ne renie aucunement les emprunts qu’elle a faits.
Dure et tragique, secrète et sauvage, la Corse ne sera jamais seulement une région de plus sur la carte de la France. Rien qui soit rationnel ici : ni le relief ni le climat, ni les passions ni les maisons, ni les Corses. Les plages y sont bien sûr paradisiaques, les criques ultra-secrètes et les montagnes abruptes, accidentées.
Cette île est un mélange de rocaille et de volupté, d’austérité et de parfums d’île lointaine. Accrochées à la montagne, isolées dans le maquis, les maisons de pierre et d’ardoise abritent autant de secrets de famille que de souvenirs de vendetta.
Le maquis : c’est la Corse profonde ! Celle des cochons sauvages et des vaches en liberté, des fontaines au bord des routes, des longs hivers où l’on fabrique, loin du tohu-bohu de l’été, la coppa, le figatellu et la farine de châtaigne.

A découvrir

Faire le tour du cap Corse. Découvrir les Agriate en suivant le sentier des Douaniers. Effectuer depuis Porto une excursion en bateau vers la merveilleuse réserve de Scandola. Admirer les paysages somptueux des calanches rouge orangé de Piana. Ne pas manquer le marché d’Ajaccio, riche de couleurs et d’odeurs. Explorer la ville haute de Bonifacio. Pour les randonneurs confirmés, traverser la Corse par le mythique GR 20.

Bastia
bastia
Le Vieux Port et la Citadelle dans un superbe site à flanc de montagne.

 

Bonifacio
bonifacio
L’une des plus belles villes de Corse, posée sur des falaises de calcaire.

 

Calvi
SONY DSC
La citadelle surplombant la baie bordée par une plage et une pinède.

 

Iles Lavezzi
lavezzi

Amas de blocs de granit, îlots sauvages à l’aspect énigmatique.

 

Vietnam

Ruiné et dévasté par 30 années de combat pour l’indépendance, prisonnier d’un système bureaucratique inapte à le sortir du marasme, le Vietnam semblait abandonné aux ténèbres de l’histoire et de l’actualité.
Allait-il sortir un jour de son long silence ? Vaincre la paralysie ? Il avait bien chassé de son sol deux puissantes armées (les Français et les Américains), et il n’arrivait pas à vaincre la pauvreté.
Aujourd’hui, l’huître fermée de l’Asie du Sud-Est s’ouvre au monde extérieur. Le malade se remet à marcher. Un miracle ? Non, une convalescence seulement. Même si la démocratie reste encore un sujet tabou…
Le Vietnam est un pays splendide dont la silhouette géographique dessine la forme d’un dragon, symbole de force et de bienfaits, en Extrême-Orient. Là, tout n’est que rizières noyées sous le soleil, haies de bambous et chapeaux coniques. Images d’une Asie éternelle, miraculeusement préservée, intacte, simple, rustique même. Un voyage ici, c’est encore une aventure, tant les infrastructures sont parfois réduites au minimum.
De la baie d’Along au delta du Mékong, en passant par Hanoi, ville à l’architecture coloniale unique, et Hồ Chí Minh-Ville, la grande cité du Sud, ne vous attendez pas à un voyage tranquille si vous cherchez les clichés et la facilité.
Le Vietnam revient de loin. Pourtant, tout y change actuellement très vite, dans une espèce d’impatience, d’imprudence même, à vouloir rattraper le temps perdu. Le Vietnam serait-il à l’aube d’un nouveau destin ? Mieux que ça, il y est déjà plongé.

A visité

Se promener à pied dans les ruelles du quartier des 36 corporations, à Hanoi. Assister à la fête du Tết. Remonter la rivière des Parfums, à Huế. Flâner la nuit dans les ruelles de la petite ville de Hội An. Faire de la plongée sous-marine dans les eaux de l’île Cham. Cheminer sur la piste Hồ Chi Minh, dans les montagnes et les jungles de la cordillère Annamitique.
Passer quelques jours sur l’île de Phú Quốc, au bord d’une plage aux eaux bleues. Séjourner chez l’habitant, au cœur du delta du Mékong, et naviguer dans le dédale des rivières et cours d’eau sous la végétation tropicale luxuriante…

Bac Ha

marché

Son marché dominical grouillant de vie, au milieu des Hmong et dans une région d’une grande richesse ethnographique.

Baie d’Along

baie

L’un des paysages les plus célèbres d’Asie, classé à l’Unesco, des pains de sucre émergeant dans une atmosphère étrange.

Dalat

jardin

Station climatique la plus réputée du Vietnam, avec un patrimoine historique, lacs artificiels, jardins fleuris et vergers.

Grottes de Tam Coc

grottes

L’un des moments les plus marquants d’un séjour au Vietnam, un paysage aquatique rythmé par des pains de sucre et des roches déchiquetées

L’île de Pâques

L’île de Pâques, en rapanui Rapa Nui , en espagnol Isla de Pascua, est une île du Chili isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique, particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moaï) et son écriture océanienne unique, le Rongo-Rongo.

L’île se trouve à 3 680 kilomètres des côtes chiliennes et à 4 050 kilomètres de Tahiti, l’île habitée la plus proche étant l’île Pitcairn à plus de 2 000 kilomètres à l’ouest. À ce titre, il s’agit du lieu habité le plus isolé du monde, après l’île de Tristan da Cunha.

L’île de forme triangulaire, d’environ 23 kilomètres dans sa plus grande dimension, couvre 166 km2. La population comptait 3 304 habitants en 2002. Son chef-lieu est Hanga Roa.

Elle fut visitée par le premier Européen, le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques, le , et comptait alors près de 4 000 habitants. Elle fut annexée par l’Espagne en 1770 sous le nom d’isla San Carlos, mais l’Espagne s’en désintéressa par la suite ; des Français s’y installèrent après 1864 et l’île devint une possession chilienne en 1888.

Depuis 1995, le patrimoine exceptionnel de l’île est protégé et inscrit au Patrimoine mondial par l’UNESCO. Des parcs ou réserves naturelles, parfois surveillés, enserrent les zones des vestiges. La communauté rapanui veille jalousement sur les traces de son histoire et constitue un pouvoir parallèle au gouvernement officiel chilien.

Cette île, la plus à l’est de toute l’Océanie, est célèbre pour ses vestiges mégalithiques des premières civilisations autochtones. Le patrimoine archéologique comprend 1042 statues de basalte, les moaï, de 4 m de hauteur moyenne et près de 300 terrasses empierrées au pied de ces statues, les ahû.

Que de voyageurs n’a-t-elle pas fascinés, l’île de Pâques, cette île de Rapa Nui, nom officiel de l’île bien que peu utilisé ! Nombreux furent ceux qui tentèrent d’en percer les multiples mystères, et plus encore ceux qui échafaudèrent les hypothèses les plus extravagantes sur l’origine de son peuple…
L’île de Pâques est paradoxalement l’un des sites les plus connus du monde, car ses célèbres monolithes sont devenus un cliché universel. Mais c’est aussi la plus éloignée de toute terre habitée ! Il y a à peine 30 ans, l’île ne recevait qu’un bateau de guerre par an, apportant vivres et matériel.
L’île de Pâques est l’un de ces rares lieux dont la réputation est inversement proportionnelle à ce qu’on sait d’eux. Sa notoriété est avant tout basée sur ses mystères, ses légendes. Quelques certitudes éparses auxquelles se raccrochent les scientifiques, et beaucoup d’hypothèses qui comblent les gouffres de l’ignorance générale. C’est pour cela qu’on vient.
Il ne faut pas aborder l’île de Pâques comme une île paradisiaque (on y trouve fort peu de cocotiers et seulement deux petites plages), mais plutôt comme une terre capable de soulever l’émotion à chaque moment. Il y a peu d’endroits au monde où l’on ressent sur une surface aussi réduite la force et la richesse d’une grande civilisation, et son combat pour survivre.

Les incontournables

Faire une balade à cheval jusqu’au lac de cratère du Rano Kau, puis gagner les pentes du Rano Raraku, constellées de statues moai. Enfin, se prélasser sur le sable blanc de la plage d’Anakena.

Ahu Akivi

Au centre de l’île, un site commémoratif tourné vers la mer : 7 moai, avec en toile de fond des montagnes aux versants verdoyants.

statue

Ahu Tahai

Un site archéologique aux alentours d’Hanga Roa ; 3 séries de plates-formes, dont l’une supporte un ensemble de 5 moai.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Rano Kau

Impressionant cratère de 1600 m de large et 200 m de profondeur, avec des dizaines de petits lacs au fond.

volcan

Sardaigne

La Sardaigne  est une île de la mer Méditerranée et une région italienne, qui se trouve au nord de la Tunisie et au sud de la Corse. Elle a obtenu le statut d’autonomie le . Son chef-lieu est la ville de Cagliari.

La Sardaigne est par sa surface la seconde île de la mer Méditerranée et une région italienne à statut spécial dont la dénomination officielle est Région autonome de la Sardaigne. Son statut spécial, inscrit dans la constitution de 1948, garantit l’autonomie administrative des institutions locales et la protection de ses particularités linguistiques et culturelles.

La Sardaigne, séparée de la Corse par les bouches de Bonifacio, est située au milieu de la mer Méditerranée occidentale : cette position centrale a favorisé depuis l’Antiquité les rapports commerciaux et culturels comme les intérêts économiques, militaires et stratégiques.

À l’époque moderne, de nombreux écrivains ont exalté la beauté de la Sardaigne, qui conserve encore, malgré l’extension du tourisme côtier, un paysage protégé et un patrimoine important, parmi lequel les vestiges de la culture nuragique.

Un voyage sur les flots d’une mer d’émeraude entre les grandes et les petites criques de sable blanc. C’est la Sardaigne, une île qui surprend le visiteur par ses contrastes naturels, ses lumières et les couleurs d’un pays aux traditions anciennes, dans une nature déserte et préservée.

Située au cœur de la Méditerranée, la Sardaigne est une région essentiellement montagneuse, sans sommets très élevés, elle offre au visiteur un environnement pur et unique, à la fois âpre et doux. L’homme, en effet, ne fait que rarement acte de présence sur ce territoire, où de vastes zones sont laissées à l’état brut et la nature sauvage reprend ses droits: forêts luxuriantes et millénaires, zones désertiques ou marécageuses alternent, accueillant une faune spécifique: cerfs, chevaux sauvages, grands rapaces.

cagliari

La mer règne en maître et joue de ses couleurs chatoyantes en se glissant dans les petites criques dentelées, le long des côtes, sur les plages les plus fréquentées. Porto Cervo, perle de la Costa Smeralda, est un parfait exemple du mariage entre l’histoire, sa culture et ses traditions ancestrales avec une vie nocturne gaie et colorée. Porto Vecchio est considéré comme le port de plaisance le mieux équipé de la Méditerranée. Porto Rotondo est aussi une localité très fréquentée. Surplombant le vaste Golfe de Cugnana, il abrite de petites places et des maisons cossues entourées de jardins magnifiques.

Si vous préférez la montagne à la mer, vous pourrez explorer la région du Gennargentu, le plus grand système montagneux de Sardaigne. Des paysages dignes des plus grandes toiles où l’homme et la nature sont en symbiose, laissant à celle-ci une place prépondérante. La flore et la faune sont alors très riches: mouflons, aigles royaux, cerfs sardes entre autres espèces en voie d’extinction.

Parmi les merveilles que la Sardaigne offre aux visiteurs, nous retrouvons plusieurs complexes nuragiques éparpillés dans tout le territoire, des monuments uniques au monde témoignant l’existence (entre le XVe et le VIe siècle av. J.-C.) d’une ancienne civilisation, en partie encore méconnue.
Les Nuraghes – construits avec de grands blocs de pierre, se développent autour d’une tour centrale en forme de troncs de cône transmettant une sensation de stabilité et de grandeur.
Il s’agit de sites archéologiques arrivant à transmettre les habitudes quotidiennes et les rituels d’une civilisation archaïque.
Parmi les villages nuragiques, celui de Barumini, dans la province de Medio Campidano est classé au patrimoine mondial d’UNESCO.
La région se répartit en plusieurs provinces: Cagliari (chef-lieu), Carbonia-Iglesias, Nuoro, Olbia-Tempio, Oristano, Medio Campidano, Sassari, Ogliastra.