Tag Archives: afrique

Découverte des dunes en 4×4

Le rallye Roses des Sables fêtera son 15ième anniversaire en 2015, grâce à Géraldine Rey, sa co-fondatrice. Cette course automobile 100% féminine offre autant de sensations que d’émotions. Le rallye Roses des Sables n’est pas une simple distraction. Les participantes donnent tout au long des étapes des vivres et fournitures scolaires aux populations du désert marocain. Les Roses (nom donné aux participantes) s’affrontent dans le partage et la solidarité durant dix jours d’épreuves. Ce rallye raid s’effectue entre la France et le Maroc. Les pilotes sont au volant d’un véhicule tout terrain comme un 4X4, un SSV, une moto, un buggy ou un quad.

Le Trophée Roses des Sables en quelques mots

Le rallye 4X4 Roses des Sables se déroule sur dix jours. Il est exclusivement féminin. Les participantes peuvent concourir à bord d’un véhicule tout terrain, d’un SSV, d’un quad ou d’une moto. Le lieu de départ est fixé en France pour rejoindre les dunes du Sud marocain. Les organisateurs fournissent un road-book, une boussole et une carte à chaque équipe. Le but de ce rallye raid est de rallier chaque étape en respectant les contrôles de passage. La vitesse n’est pas prise en compte. Les seuls critères sont l’orientation dans le désert et le franchissement des dunes (rallier un point A à un point B en respectant tous les CP et en parcourant la distance la plus courte possible). La sécurité est une dimension essentielle dans ce rallye. Une assistance de 150 professionnels encadre la course.

Pour participer au Trophée Roses des Sables, les organisateurs imposent trois conditions :

  • Les participantes doivent former une équipe de deux (pour les 4X4 et les SSV)
  • Elles doivent être âgées de 18 ans
  • Chaque pilote doit détenir le permis de conduire

Une course d’orientation responsable et solidaire

Le rallye Roses des Sables a été créé il y a 14 ans. Il est, comme certains rallyes au Maroc, réservé aux femmes. Le soir, une fois l’étape conclue, les participantes sont logées en bivouac ou hôtel. Le Trophée Roses des Sables offre des sensations extrêmes au cœur des dunes du désert marocain. Il porte des valeurs symboliques comme le partage et la solidarité. Les concurrentes apportent depuis plus de dix ans des dons qu’elles distribuent aux populations du désert. Le partage, l’action et la solidarité sont les principales motivations des fondateurs.

Cette année, le Trophée Roses des Sables rallie la ville de Ciboure aux dunes de l’Erg Chebbi. 300 femmes vont s’affronter lors de ce rallye 4X4 sur 400 km d’étapes. La dernière spéciale dirigera les Roses vers la ville de Marrakech en passant par les pistes. L’édition 2014 promet des sensations fortes et de la générosité. Comme chaque année, les organisateurs verseront 1 euro par kilomètre effectué à l’Association Cancer du Sein.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur le site officiel du Trophée Roses des Sables : http://trophee-roses-des-sables.net/

Croisières a travers le Nil

Mystérieux pour ses sources longtemps inconnues et ses terres incroyables, le Nil traverse successivement, sur 6700 kilomètres, des régions équatoriales, tropicales et sahariennes de l’Afrique d une beauté unique et inoubliable . Union du Nil Blanc au Nil Bleu, ce grand fleuve réputé pour ses nombreuses cataractes et ses crues, s’assagit en arrivant sur le territoire égyptien. Symbole de vie, son cours mythique demeure aujourd’hui le gardien de la mémoire des pharaons, bâtisseurs de temples prodigieux qui continuent d’exercer leur fascination et de hanter notre imaginaire.

Le Nil est la voie qu’empruntaient les Égyptiens pour se déplacer. Il apporte la vie en fertilisant la terre et garantit l’abondance. Il joua un rôle très important dans l’Égypte antique, du point de vue économique, social c’était autour de lui que se trouvaient les plus grandes villes, agricole grâce au précieux limon. Fleuve nourricier d’un grand peuple, il fut divinisé sous le nom d’Hâpy, personnifiant la crue du Nil dans la mythologie égyptienne.

Don des Dieux et créateur de l’une des plus brillantes civilisations de l’Antiquité, le Nil nourrit aussi le quotidien d’une chaleureuse population que nous vous proposons de rencontrer à bord d’embarcations aussi discrètes qu’élégantes

La Mauritanie

La Mauritanie est une surprenante rencontre du Maghreb et de l’Afrique noire, marquée par sa diversité ethnique : la population, encore fortement ancrée dans l’appartenance tribale, se répartit en parts égales entre Arabo-Berbères et Négro-Africains.
La Mauritanie est par nature une terre de passage, un carrefour de cultures. Très commerçant, le pays est parfois encore traversé par des caravanes. Dans ce trait d’union entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, on croise des Occidentaux partis plus ou moins à l’aventure, avec leur propre véhicule, sur la route du Sénégal, du Mali ou bien plus loin encore… ou, dans l’Adrar principalement, des trekkeurs venus défier les dunes.
La Mauritanie est l’un de ces pays où l’on peut encore goûter aux espaces infinis, à l’illusion d’une liberté sans conditions. Mais vous serez surpris d’y trouver aussi des usines modernes, un réseau GSM omniprésent et, parfois, des voitures de luxe.
Dans cette région, l’une des plus chaudes du globe, il faut être très prudent si l’on s’aventure dans le désert. Dans les vents de sable et de poussière de la Mauritanie, il n’y a plus d’ombre et on perd facilement le nord.

Faire un trek dans le désert de l’Adrar, à la découverte de la surprenante variété des paysages qui semblent pourtant si uniformes au premier coup d’œil. Découvrir le méconnu et magnifique parc national du Diawling, digne équivalent du parc national du Djoudj (de l’autre côté du fleuve Sénégal). Arriver à Koumbi Saleh, légendaire capitale de l’empire ghanéen, dont les ruines partiellement déterrées permettent de laisser libre cours à son imagination. Boire un thé à la menthe aux côtés des habitants très accueillants de l’oasis de Terjit…
A découvrir:
Nouakchott
nouakchott
Bien qu’elle ne soit pas la capitale économique du pays, Nouakchott (850 000 hab.) est une ville assez dynamique, chose incompréhensible, car on est en plein désert, le point d’eau le plus proche étant à 70 km. Née de rien, choisie comme capitale en 1960, Nouakchott est une ville champignon dont certains quartiers sont encore en construction. L’intérêt de cette ville réside dans son artisanat : on y vend tout, absolument tout, et à bon marché.
Banc d’Arguin
banc d'arguin
Site inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1989 et classé zone humide d’importance internationale à la convention de Ramsar, le Banc d’Arguin couvre une superficie de 12 000 km2 (dont 6 300 de domaine maritime) de part et d’autre du 20e parallèle. On y rencontre des paysages magnifiques (bancs de sable, dunes, vasières), une multitude d’espèces animales (plus de 280) et des herbiers marins. C’est une réserve qui abrite nombre d’oiseaux migrateurs venus de France, de Hollande ou même de Sibérie : mouettes, cormorans, goélands, hérons cendrés…
Nouadhibou
oublié
À 525 km au nord de Nouakchott. Anciennement Port-Étienne (à l’époque coloniale), Nouadhibou (95 000 hab.) était à l’origine la première escale africaine de l’Aéropostale. C’est ici que se déroule l’action de Terre des hommes d’Antoine de Saint-Exupéry. L’explosion de l’industrie de la pêche a transformé la face de la ville, avec le développement du port autonome pour la pêche industrielle, ainsi qu’un port artisanal pour les piroguiers mauritaniens et sénégalais. Fait étonnant, la baie est un véritable cimetière d’épaves de bateaux. Nouadhibou est la porte d’entrée de la Mauritanie à partir du Maroc.
Route de l’Espoir
route de l'espoire
Le trajet de Nouakchott à Néma s’appelle la route de l’Espoir parce que, tel un cordon ombilical, elle facilite l’accès entre les régions reculées du Tagant (massif montagneux) et des deux Hodhs, et la côte. C’est la route qui mène au Mali et vers le Niger.
Oualata
oualata
Difficile d’accès, perdue au milieu du désert, Oualata se trouve à 3 h de piste de Néma. A l’entrée de la ville, un fortin construit en 1912 sous l’autorité française fait penser à un monolithe. Arrivé au pied de la citadelle, vous découvrirez la ville et ses vieilles pierres. Ses origines connues remontent aux environs de 500 après l’hégire, soit au XIe s. C’était à l’époque la porte du Mali et le carrefour des routes transsahariennes du Maroc, du Sénégal et de la route vers l’Inde. Les maisons traditionnelles de Oualata sont faites de pierres rectangulaires et de ciment d’argile. Elles sont recouvertes en façade d’un mélange de terre, de charbon de bois, de gomme et de bouse de vache.

Afrique du Sud

Qui aurait pensé que l’Afrique du Sud parviendrait à chasser ses vieux démons et retrouverait la voie de la paix civile et de la respectabilité ?
Le régime de ségrégation raciale (l’apartheid) en vigueur à partir de 1948 a été aboli le 30 juin 1991. En avril 1994, les Sud-Africains participèrent aux premières élections démocratiques et non raciales jamais organisées dans leur pays. Après 27 années de détention, le prisonnier politique le plus célèbre du monde, Nelson Mandela, devenait le chef d’État le plus admiré de la planète. La « nation Arc-en-Ciel » connaissait alors un véritable état de grâce.
L’Afrique du Sud opta, malgré une réelle violence, pour la solution de la réconciliation. La philosophie humaniste de quelques hommes, doublée d’un grand pragmatisme, parvint à mettre sur pied, dans la paix, un des plus spectaculaires retournements politiques que l’histoire ait connus, évitant une guerre civile et la fuite des grands capitaux. En une décennie et demie, l’Afrique du Sud est ainsi devenue une nation démocratique et multiraciale qui étonne le monde entier.
Il reste beaucoup à faire pour abolir la ségrégation sociale et économique. Vous rencontrerez une Afrique du Sud multifacettes, souvent poignante, qui tente de redistribuer les cartes de manière un peu plus équitable, après des siècles de tourments et d’injustice.
L’Afrique du Sud possède un relief d’une infinie variété et des paysages d’une remarquable beauté. Baignée par deux océans (Atlantique et Indien), c’est une mosaïque de steppes sans fin, de savanes, de montagnes, de zones désertiques, de plages aux eaux turquoise, de grandes villes à l’américaine, de petits villages zoulous hors du temps.
On passe presque sans transition des quartiers branchés de Cape Town aux plus misérables des townships ; de la sauvage route des Jardins à la furie urbaine du Gauteng ; sans oublier les riches parcs animaliers.

Visiter l’immense township de Soweto, et découvrir l’un des lieux historiques de la lutte contre l’apartheid. Explorer le parc national du Pilanesberg. Séjourner dans le parc Kruger. Se poser sur un rocher, face à l’immensité grandiose qu’offre le point de vue des Three Rondavels. Observer les rhinocéros dans le parc national de Hluhluwelmfolozi. Flâner en bateau sur l’estuaire de Saint Lucia, pour regarder barboter hippopotames et crocodiles. Randonner sur les sentiers du Drakensberg, au pied du Lesotho. Goûter à l’atmosphère très relax de Cape Town. Explorer la région des vins…

A ne pas manquer

Wild Coast
wild coast
Collines, falaises et cascades tombant dans l’océan, une nature vierge ponctuée de huttes habitées depuis toujours par les Xhosa.

Drakensberg
drankensberg
Les Alpes de l’Afrique du Sud : paysages de montagnes et de piémont, nature revigorante, dans un climat rafraîchissant idéal pour randonner.

Cap de Bonne-Espérance
cap de bonne-esperance
Une falaise au bout du monde, dans une réserve naturelle ; panoramas dramatiques le long de la côte, babouins et antilopes.

Robben Island
robben
L’une des îles-prisons les plus célèbres du monde, où Nelson Mandela passa 19 ans d’emprisonnement ; visite menée par un ancien détenu politique.

Maroc

Avec le Maroc, c’est toute une palette de destinations de natures variées qui s’offrent au voyageur : Marrakech arrive en tête de liste évidemment, avec sa superbe médina, ses souks colorés et la place Djema El-Fna ; c’est un peu la quintessence de l’idée (touristique) que l’on se fait du pays…

Mais un séjour pourra tout aussi bien prendre pour cadre Fès et son riche patrimoine, Essaouira, son port et son décor marin, Agadir pour ses plages et ses loisirs, Ouarzazate aux portes du Sahara, Rabat la capitale, Tanger le trait-d’union, la moderne et branchée Casablanca, le parc national du Toubkal, les montagnes de l’Atlas, ou même des stations de ski en hiver… Les possibilités sont immenses !

Le Maroc est un pays à la géographie contrastée, marqué par une riche histoire et par l’identité forte de ses habitants, ce qui lui confère toute sa profondeur. La cuisine marocaine sera un autre volet passionnant d’un voyage au Maroc, les fameux couscous et tajines, parmi de nombreuses autres spécialités, la cuisine de rue également… Il est facile de se régaler (sans se ruiner) et beaucoup n’hésitent pas à classer la cuisine marocaine parmi les meilleures du monde… il ne reste qu’à se laisser convaincre.

Aux confins entre Occident et Afrique, prisonnier entre mer Méditérranée et océan Atlantique, le territoire marocain regorge de richesses. Historiquement, le pays a vécu aux rythmes des différentes dynaties qui se sont succèdées laissant derrière elles, des vestiges architecturaux, culturels et symboliques. Les temps de la colonisation se sont achevés par l’obtention de l’indépendance, l’occasion pour le Maroc de s’affirmer en temps que monarchie constitutionelle.

De nos jours, le Maroc existe grâce à une civilisation forte, enrichie de son passé et qui, de part ce fait, attire de nombreux touristes tout au long de l’année. Le Maroc c’est également une atmosphère chaleureuse, un territoire aux couleurs chaudes, une population ouverte, partageant ses savoir faire et ses traditions. Entre souks et musées, monuments et excursions, palmeraies et palais, les visiteurs sauront satisfaire leur soif de découverte et de visite, toutes plus incontournables les unes que les autres.

Nul doute que les visiteurs tomberont amoureux de ce pays des mille et une nuits.

Vous aurez le choix entre de nombreux circuits et séjours au Maroc. Les deux circuits les plus classiques sont les villes impériales et le sud marocain. Beaucoup de circuits, en générale de plus d’une semaine, combine les deux.