Category Archives: Vol

Annulation ou retard de vol : que faire ?

Il est arrivé au moins à une personne sur deux d’être victime d’un retard de vol, voir même d’une annulation pure et simple ! Des sociétés proposent leur aide pour vos démarches. De nos jours presque tous les voyageurs qui rencontrent ce problème, ne poursuivent pas la compagnie en question, que ce soit liée au stress, au manque de temps, ou aux démarches des fois fastidieuses.

Heureusement de nos jours, des petites sociétés fleurissent sur internet pour vous aider et le tout directement en ligne. Leurs noms ? Eudelay, Euclaim, etc … En site contenu Français la référence : Sky Mediator. Les commissions de ses sites vont de 15 à 25 % d’honoraires. N’hésitez pas à faire le tour des sites et à faire votre choix.

Il est possible également de ne pas passer par ce genre de société et de poser réclamation auprès de la Direction Générale de l’Aviation Civile en utilisant le formulaire officiel disponible directement sur le site du gouvernement : Cerfa n°13675*01.

Croisières a travers le Nil

Mystérieux pour ses sources longtemps inconnues et ses terres incroyables, le Nil traverse successivement, sur 6700 kilomètres, des régions équatoriales, tropicales et sahariennes de l’Afrique d une beauté unique et inoubliable . Union du Nil Blanc au Nil Bleu, ce grand fleuve réputé pour ses nombreuses cataractes et ses crues, s’assagit en arrivant sur le territoire égyptien. Symbole de vie, son cours mythique demeure aujourd’hui le gardien de la mémoire des pharaons, bâtisseurs de temples prodigieux qui continuent d’exercer leur fascination et de hanter notre imaginaire.

Le Nil est la voie qu’empruntaient les Égyptiens pour se déplacer. Il apporte la vie en fertilisant la terre et garantit l’abondance. Il joua un rôle très important dans l’Égypte antique, du point de vue économique, social c’était autour de lui que se trouvaient les plus grandes villes, agricole grâce au précieux limon. Fleuve nourricier d’un grand peuple, il fut divinisé sous le nom d’Hâpy, personnifiant la crue du Nil dans la mythologie égyptienne.

Don des Dieux et créateur de l’une des plus brillantes civilisations de l’Antiquité, le Nil nourrit aussi le quotidien d’une chaleureuse population que nous vous proposons de rencontrer à bord d’embarcations aussi discrètes qu’élégantes

La phobie de l’avion …

Un certain pourcentage de la population craint toujours de prendre l’avion.Leur inconfort se traduit par un simple malaise ou par la pire des phobies. La  phobie des airs est un mal qui se soigne très bien. La peur de l’avion concerne plus  les hommes (80%) que les femmes (20%)  d’après une étude effectuée par Fabiene Regard.
Une personne qui a  peur de l’avion ressent une sensation désagréable qui se manifeste par la suite par une peur panique au moment de monter à bord. Cette angoisse de prendre l’avion touche 1 passager sur 4.

Voici quelques explications et astuces pour vaincre sa peur. Mais d’où vient cette peur de l’avion? Après les évènements récents qui se sont passés  le 11 Septembre 2001  , les personnes phobiques des airs  peuvent manifester une psychose de l’avion, les mauvais souvenir comme un dernier vol qui ne s’est pas déroulé comme prévu  : fortes turbulences en vol , des contrôles de sécurité renforcent  un éventuel risque et  forcent les passagers  à ne plus monter à bord d’un avion

Vaincre la peur en avion nécessite par plusieurs étapes : Avant  de monter  à bord d’un avion de 400 tonnes , les gens qui  présentent  une réel phobie qui les paralyse,  suivent de près une thérapie comportementale pour savoir exactement d’où vient  leur peur et des solutions adéquates sont proposées. Des stages sont également proposés par certaines compagnies aériennes: cours théorique sur l’aviation avec des spécialistes de l’aéronautique  et enfin une séance de simulation de vol permet une mise en situation (turbulence, sensations du décollage, éventuels problèmes techniques…).

Mais apprendre  à gérer son stress au quotidien est aussi un moyen efficace pour vaincre  les angoisses; il suffit de choisir la méthode qui vous correspond: des séances de yoga , et de relaxation seront vraiment utiles lors du décollage . Ça y est !  Vous êtes  dans l’avion : il faut bien choisir sa place lors de l’enregistrement : le centre de l’avion est donc la place idéale pour moins ressentir les secousses lors des éventuelles  turbulences .

Une fois dans l’avion : il ne faut pas hésiter à prévenir le personnel de bord de son angoisse. Parfois, le fait de l’exprimer permet de s’en décharger quelque peu. Il faut prendre possession des lieux et s’habituer doucement à ce nouvel environnement. Pour occuper son esprit, on lit, on discute avec son voisin, on se concentre sur des mots croisés, Généralement lorsque le pilotage automatique est enclenché, la peur redescend.
Cependant les turbulences peuvent venir perturber cette vitesse de croisière, comme dans un train ou dans une voiture. Il faut alors considérer les trous d’air comme les pavés d’une route céleste : pas très agréables mais pas dangereux.
La phase d’atterrissage : elle est aussi mal vécue que celle du décollage : secousses lors de la traversée des nuages, bruits du train d’atterrissage qui sort… On se rappelle que tout cela est normal et l’on sourit à l’idée que le vol touche à sa fin !

Après différentes thérapies,Plus de 90% des personnes  qui ont peur de l’avion reprennent confiance en eux et monte à bord d’un avion  sereinement.

La Mauritanie

La Mauritanie est une surprenante rencontre du Maghreb et de l’Afrique noire, marquée par sa diversité ethnique : la population, encore fortement ancrée dans l’appartenance tribale, se répartit en parts égales entre Arabo-Berbères et Négro-Africains.
La Mauritanie est par nature une terre de passage, un carrefour de cultures. Très commerçant, le pays est parfois encore traversé par des caravanes. Dans ce trait d’union entre Afrique du Nord et Afrique subsaharienne, on croise des Occidentaux partis plus ou moins à l’aventure, avec leur propre véhicule, sur la route du Sénégal, du Mali ou bien plus loin encore… ou, dans l’Adrar principalement, des trekkeurs venus défier les dunes.
La Mauritanie est l’un de ces pays où l’on peut encore goûter aux espaces infinis, à l’illusion d’une liberté sans conditions. Mais vous serez surpris d’y trouver aussi des usines modernes, un réseau GSM omniprésent et, parfois, des voitures de luxe.
Dans cette région, l’une des plus chaudes du globe, il faut être très prudent si l’on s’aventure dans le désert. Dans les vents de sable et de poussière de la Mauritanie, il n’y a plus d’ombre et on perd facilement le nord.

Faire un trek dans le désert de l’Adrar, à la découverte de la surprenante variété des paysages qui semblent pourtant si uniformes au premier coup d’œil. Découvrir le méconnu et magnifique parc national du Diawling, digne équivalent du parc national du Djoudj (de l’autre côté du fleuve Sénégal). Arriver à Koumbi Saleh, légendaire capitale de l’empire ghanéen, dont les ruines partiellement déterrées permettent de laisser libre cours à son imagination. Boire un thé à la menthe aux côtés des habitants très accueillants de l’oasis de Terjit…
A découvrir:
Nouakchott
nouakchott
Bien qu’elle ne soit pas la capitale économique du pays, Nouakchott (850 000 hab.) est une ville assez dynamique, chose incompréhensible, car on est en plein désert, le point d’eau le plus proche étant à 70 km. Née de rien, choisie comme capitale en 1960, Nouakchott est une ville champignon dont certains quartiers sont encore en construction. L’intérêt de cette ville réside dans son artisanat : on y vend tout, absolument tout, et à bon marché.
Banc d’Arguin
banc d'arguin
Site inscrit au Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1989 et classé zone humide d’importance internationale à la convention de Ramsar, le Banc d’Arguin couvre une superficie de 12 000 km2 (dont 6 300 de domaine maritime) de part et d’autre du 20e parallèle. On y rencontre des paysages magnifiques (bancs de sable, dunes, vasières), une multitude d’espèces animales (plus de 280) et des herbiers marins. C’est une réserve qui abrite nombre d’oiseaux migrateurs venus de France, de Hollande ou même de Sibérie : mouettes, cormorans, goélands, hérons cendrés…
Nouadhibou
oublié
À 525 km au nord de Nouakchott. Anciennement Port-Étienne (à l’époque coloniale), Nouadhibou (95 000 hab.) était à l’origine la première escale africaine de l’Aéropostale. C’est ici que se déroule l’action de Terre des hommes d’Antoine de Saint-Exupéry. L’explosion de l’industrie de la pêche a transformé la face de la ville, avec le développement du port autonome pour la pêche industrielle, ainsi qu’un port artisanal pour les piroguiers mauritaniens et sénégalais. Fait étonnant, la baie est un véritable cimetière d’épaves de bateaux. Nouadhibou est la porte d’entrée de la Mauritanie à partir du Maroc.
Route de l’Espoir
route de l'espoire
Le trajet de Nouakchott à Néma s’appelle la route de l’Espoir parce que, tel un cordon ombilical, elle facilite l’accès entre les régions reculées du Tagant (massif montagneux) et des deux Hodhs, et la côte. C’est la route qui mène au Mali et vers le Niger.
Oualata
oualata
Difficile d’accès, perdue au milieu du désert, Oualata se trouve à 3 h de piste de Néma. A l’entrée de la ville, un fortin construit en 1912 sous l’autorité française fait penser à un monolithe. Arrivé au pied de la citadelle, vous découvrirez la ville et ses vieilles pierres. Ses origines connues remontent aux environs de 500 après l’hégire, soit au XIe s. C’était à l’époque la porte du Mali et le carrefour des routes transsahariennes du Maroc, du Sénégal et de la route vers l’Inde. Les maisons traditionnelles de Oualata sont faites de pierres rectangulaires et de ciment d’argile. Elles sont recouvertes en façade d’un mélange de terre, de charbon de bois, de gomme et de bouse de vache.

Martinique

La Martinique en créole martiniquais Matinik, Matnik ou Lamatinik, aussi surnommée « l’île aux fleurs », est une île des petites Antilles ou îles du Vent, collectivité territoriale unique, région ultrapériphérique européenne située dans les Caraïbes et département français d’Amérique. Elle fait partie des Antilles françaises depuis 1635, année d’installation de la première colonie française par Pierre Belain d’Esnambuc.

Elle doit son nom actuel à Christophe Colomb, premier Européen à la découvrir le 15 juin 1502. Elle était alors appelée Madinina, Madiana ou Mantinino4 par ses habitants, les Kali’na5, qui aurait désigné une île mythique chez les Taïnos d’Hispaniola[pas clair]. Le nom a évolué selon les prononciations en Madinina, Mada et enfin, par influence de l’île voisine de la Dominique, il est devenu « Martinique ». En langue caribe, l’île était aussi appelée Ioüanacaéra ioüana, iguane et caéra, île  c’est-à-dire l’île aux iguanes.

La Martinique est une île de carte postale, véritable ensorceleuse, qui sait amadouer le visiteur grâce à ses plages de sable blond pour mieux le séduire ensuite avec ses richesses intérieures. En Martinique, il y a certes le ciel, le soleil et la mer… mais aussi des champs de canne à sucre, des chemins forestiers hors du temps, des villages du bout du monde, des jardins fantastiques qui font oublier l’avancée du béton, et pléthore de paysages, dignes des plus belles cartes postales.
La Martinique surprend par sa particularité de marier l’inconciliable : sucre et rhum, pluie et soleil, bleus qui font mal aux yeux et verts tendres. Les alizés et les cyclones. Les volcans et la végétation paradisiaque. Les souvenirs d’époques fastueuses et le péché originel de l’esclavage. L’indolence, les klaxons de bienvenue, la « tchatche » charmeuse et l’orgueil sourcilleux, les bouffées imprévisibles de violence.
Cette île, on n’a pas d’autre choix que de l’aimer. Ici, peu de ruines grandioses ou de musées fascinants. Aux indifférents, la Martinique n’offre que l’ennui, sitôt passée l’envie de plage et de ti-punch. Mais une fois mis au rancart le paradis des brochures, la petite France des cocotiers, la réalité antillaise fascine, bouleverse et captive.
La Martinique, cette « île courage », résiste aussi bien aux cyclones qu’aux tremblements de terre. Même si l’ouragan Dean est encore dans toutes les mémoires, l’île est redevenue verte, vivante…

A découvrir:

Sillonner les petites routes autour des Anses-d’Arlet, pour arriver en fin de journée à l’impressionnant rocher du Diamant. Découvrir la Martinique sauvage et authentique en parcourant l’un des sentiers pédestres de la pointe de la Caravelle. Perfectionner son surf à Anse Bonneville, la plus belle plage de la Caravelle.
Remonter le temps en visitant l’habitation Clément. Entreprendre l’ascension du Chinois (la montagne Pelée).
Faire une plongée dans l’un des nombreux clubs de l’île avant de lézarder sur une plage. Suivre la route de Grand-Rivière…

Fort-de-France
fort de france

Sur la côte ouest de la Martinique se trouve Fort-de-France, la seule grande ville de l’île. Sa capitale, aussi. La baie qui l’abrite frappe par sa splendeur. On y vient volontiers à Fort-de-France pour une demi-journée ou une journée pour faire le marché, courir les boutiques ou se balader dans le centre ancien, mais si vous ne faites que passer en vitesse, sans lever le nez ou en visite organisée, n’espérez pas trop trouver une architecture typique ni un art de vivre préservé.

Grand-Rivière
KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

La route menant à Grand-Rivière est d’une étourdissante beauté. Ce minuscule petit port de pêche est charmant, avec ses petites embarcations multicolores. On peut passer des heures à regarder les pêcheurs rentrer au port avec leurs superbes yoles multicolores. Grand-Rivière est calme et détendu, avec ses rues étroites et ses maisons de bord de mer, toutes portes ouvertes.

Les Salines
saline

Les Salines, qui figurent parmi les premiers sites naturels visités du pays, se situent sur la commune de Sainte-Anne. Avec son sable blanc et ses cocotiers penchés sur la mer, la plage des Salines reste la plus belle et surtout la plus grande de la Martinique, et l’une des plus grandes de la Caraïbe.

Montagne Pelée
montagne pelée

Avec ses malheureux 1 397 m, la montagne Pelée au nord de l’île, point culminant de la Martinique, sait pourtant se faire craindre de la population. L’éruption de 1902 a laissé de terribles souvenirs dans la mémoire collective. Bien s’il semble être plongé dans un profond sommeil, le volcan de la montagne Pelée est toujours considéré comme actif.

Papouasie Nouvelle-Guinée

La Papouasie-Nouvelle-Guinée partage l’île de Nouvelle-Guinée avec l’Indonésie et possède plus de 600 autres îles tropicales dont les plus importantes sont la Nouvelle-Irlande, la Nouvelle-Bretagne (principales îles de l’archipel Bismarck) et l’île Bougainville.

Cette destination diffuse un fort parfum d’exotisme en tant que territoire parmi les plus reculés et inaccessibles du globe occupé par des ethnies au mode de vie à l’opposé du nôtre.

A voir / A faire :

• Les trois quarts de la superficie du pays sont couverts d’une forêt primaire ou secondaire où vivent deux tiers des espèces d’orchidées du monde, 9 000 types de plantes, 700 groupes d’oiseaux, 250 styles de grenouilles, 450 espèces de papillons, 200 variétés de reptiles et plus d’une centaine de différents serpents. Vous pourrez entreprendre une croisière sur la rivière Sepik pour admirer cette diversité et aller à la rencontre des ethnies vivant sur ses rives. Un de ses affluents, la Karawari, et les villages Arambak des alentours, se découvrent en pirogue.

• Si vous désirez découvrir la flore du pays sans avoir à monter une expédition, vous pourrez visiter le Jardin botanique national de Port Moresby, le Variata National Park de Sogeri à proximité, le Moitaka Wildlife Sanctuary ou encore le Jardin botanique de la ville de Lae.

• Les Highlands sont les terres les plus peuplées et les plus fertiles du pays. Pour découvrir cette région, empruntez la route qui part de Lae pour rejoindre, par la Kassim Pass, Kainantu et visiter le centre culturel des Highlands de l’Est. Vous traverserez ensuite les montagnes jusqu’à Goroka et le village d’Asaro, suivrez la vallée de la Wahgi pour remonter jusqu’au mont Hagen et continuerez jusqu’à Mendi, la vallée de Poroma, Tari et Koroba. Dans cette région, ne manquez pas les villages des tribus Huli et Duna, réputées pour leurs décorations et peintures corporelles, et les somptueux paysages qui bordent le lac Kutubu.

nouvelle guinée

• Les possibilités de randonnées sont impressionnantes. Vous pourrez rallier par exemple la côte nord et la côte sud en empruntant le Kokoda Trail ou découvrir les panoramas et les villages traditionnels du mont Wilhelm. Pour les marcheurs débutants, la balade côtière Wedau – Alotau s’agrémente de baignades et de parcours dans la jungle.

• Les plages du golfe de Papouasie, au sud, sont les plus fréquentées, mais celles situées autour de Madang, jolie ville côtière, sont également agréables et offrent leur barrière de corail aux plongeurs.

• Cinq volcans actifs et seize éteints ou dormants font de La Nouvelle-Bretagne une île très montagneuse. Elle offre des sites de plongée sur sa côte nord où barracudas, dauphins et parfois requins évoluent dans un décor d’éponges gigantesques. Près de Rabaul, ancienne capitale de l’île détruite par une éruption volcanique en 1994, gisent des épaves de bateaux japonais qui datent de la Seconde Guerre mondiale et abritent aujourd’hui une faune marine impressionnante.

• La Nouvelle-Irlande est très peu fréquentée par les touristes même si elle offre des plages magnifiques et des endroits très agréables pour se détendre comme Kavieng, où l’on pourra louer une bicyclette, faire de la plongée, du canoë-kayak, du surf et bien d’autres activités.

• Les îles Trobriand méritent le détour pour leur culture traditionnelle toujours vivante. La beauté de l’artisanat des habitants et la fête des ignames au début du mois de juillet marqueront les esprit.

Monaco

La petite enclave de Monaco fait toujours autant parler d’elle. Connue à travers le monde pour sa famille princière dont la vie intrigue tout particulièrement les tabloïds people, le rocher continue d’agir comme un aimant sur les visiteurs en mal de paillettes, de soleil, et de Méditerranée.

Monaco n’est pas faite pour les amateurs de grands espaces : son minuscule territoire est entièrement urbanisé et cherche à gagner sur la mer… mais on arrive tout de même à y organiser chaque année un Grand Prix de Formule 1 ! La Principauté est une destination très prisée des touristes qui apprécient particulièrement son climat méditerranéen et les multiples manifestations sportives et culturelles qui rythment l’année.

Le Rocher est un grand repère de la jet set, avec de nombreuses boutiques de mode, de grosses voitures rutilantes sur les parkings, des hôtels de luxe et grands palaces à renommée mondiale, des restaurants chics, le casino pour faire des folies, des clubs selects où l’on dépense sans compter… Autant dire que votre compte en banque risque d’être sérieusement sollicité durant un séjour à Monaco, une destination qui n’est pas faite pour les petits budgets !

Excursion monégasque

C’est pour cela que beaucoup choisissent de préparer l’excursion à Monaco pour la journée avant de repartir. Vu les dimensions réduites de la Principauté, il ne sera pas difficile d’en faire le tour dans ce court laps de temps, en s’intéressant au passage au Palais Princier, à la cathédrale, au musée Océanographique et aux jardins monégasques. La promenade le long du port ou du côté du Casino sont indispensables pour connaître ce qui rythme la vie de Monaco.

Guide : les quartiers de Monaco

Monaco est minuscule territoire entièrement urbanisé qui cherche à gagner sur la mer. Autant dire que vous en aurez vite fait le tour à pied, attention par contre ça grimpe. Monaco est divisé en dix quartiers :

-Monaco-Ville.
Egalement connu comme «le Rocher» est encore un village médiéval au cœur d’un site étonnamment pittoresque. Il est constitué presque entièrement de rues piétonnes et de vieilles demeures pleines de charme. Il y a plusieurs hôtels, des restaurants et des boutiques de souvenirs. Vous pouvez également visiter le Palais Princier, la Cathédrale, le Musée océanographique, l’hôtel de ville et les jardins de Saint-Martin.

-La Condamine.
La Condamine est le quartier commerçant de la principauté de Monaco, il est situé derrière le port de Monaco (port Hercule). Ce quartier est célèbre pour être le lieu de départ et d’arrivée du Grand Prix automobile de Monaco Les principales choses à voir ici sont le Port Hercule et l’église Sainte-Dévote du XVIIIe siècle.

-Monte-Carlo.
Monte-Carlo, le quartier le plus célèbre de Monaco, que l’on a d’ailleurs tendance à le confondre avec le pays entier. C’est dans cette zone que se trouvent le grand casino de Monte-Carlo et les hôtels les plus prestigieux de la capitale (Hôtel de Paris, Hôtel de l’Hermitage, Café de Paris, Résidence Park Palace, Résidence Mirabeau, Résidence Monte-Carlo Star).

-Fontvieille.
Situé à l’ouest de Monaco, Fontvieille est un quartier moderne et résidentiel qui fut pris sur la mer. Il accueille le nouveau port de plaisance de la Principauté de Monaco et l’exposition de la collection de voitures anciennes du Prince Rainier III de Monaco (Pour les amateurs, le port abrite des yacht extrêmement luxueux.) On y trouve également le Musée des Timbres et des Monnaies et le Musée Naval, ainsi qu’un jardin animalier et enfin le Chemin des Sculptures qui présente plusieurs œuvres d’artistes contemporains.

-La Rousse.
La Rousse/Saint-Roman est situé dans la partie est de la principauté de Monaco, c’est un quartier essentiellement résidentiel, bien que la Tour Odéon, un nouveau complexe d’affaires, y soit en construction.

-Larvotto.
Larvotto/Bas Moulins est situé dans la partie sud-est de de Monaco, le quartier est essentiellement résidentiel, il est par ailleurs le quartier le plus peuplé de la Principauté. Larvotto longe la frontière française et la commune de Roquebrune-Cap-Martin, près d’un tiers de sa superficie a été conquise par la construction de terres-pleins maritimes, lesquels ont permis la construction d’un vaste complexe hôtelier, du forum Grimaldi et du Jardin japonais. On y trouve la seule plage monégasque accessible au public.

-La Colle.
La Colle est une petite zone résidentielle situé dans le nord-ouest de Monaco, juste au nord de Fontvieille. Certains petits hôtels peuvent être trouvés ici.

-Les Révoires.
C’est le plus petit et le moins peuplé des quartiers de Monaco. Le Jardin exotique de Monaco s’y trouve.

-Moneghetti.
Moneghetti est un quartier calme et résidentiel, il possède néanmoins de nombreuses boutiques et magasins, ainsi que près de 50 petits hôtels. Le quartier est réputé pour ses pentes raides.

-Saint-Michel.
Saint Michel est un petit quartier résidentiel archi-peuplé, avec de grandes tours d’habitation. Il se trouve directement le long de la ville voisine française de Beausoleil, ainsi que les quartiers des monégasques deMonte Carlo, la Condamine et Moneghetti. 20 petits hôtels peuvent être trouvés ici, boutiques et restaurants ne manquent pas non plus.

La Grèce

La Grèce, en forme longue la République hellénique, est un État d’Europe du Sud et membre de l’Union européenne, situé dans l’extrême Sud des Balkans. Sa capitale et sa plus grande ville est Athènes.

La Grèce, d’une superficie de 131 957 km2 pour un peu moins de onze millions d’habitants, partage des frontières terrestres avec l’Albanie, l’Ancienne République yougoslave de Macédoine, la Bulgarie et la Turquie et partage des frontières maritimes avec l’Albanie, l’Italie, la Libye, l’Égypte et la Turquie, cette dernière source de contentieux. La mer Ionienne à l’ouest et la mer Égée à l’est, parties de la mer Méditerranée, encadrent le pays dont le cinquième du territoire est constitué de plus de 9 000 îles et îlots dont près de 200 sont habités. De plus, 80 % de son territoire est constitué de montagnes dont la plus haute est le mont Olympe avec 2 917 mètres.

L’histoire de la région qui constitue son territoire actuel est très riche. La Grèce antique, avec ses cités, sa philosophie, sa démocratie ou son théâtre, a fortement influencé l’Empire romain et est devenue, depuis la Renaissance, l’un des modèles de culture européenne et de la civilisation occidentale moderne. En s’hellénisant, l’Empire romain d’Orient est devenu un empire grec, tout comme ses États successeurs (Trébizonde, Épire, Mistra ou Doros). L’influence et la présence grecques tout au long de ses périodes dépassèrent les limites du territoire actuel : cités et populations grecques d’Asie mineure et du pourtour de la mer Noire, Empire de Nicée, despotat de Dobrogée au XIVe siècle ou principautés de Valachie et de Moldavie à l’époque phanariote au XVIIIe siècle.

C’est au début des années 1830 que le premier État grec indépendant de l’ère moderne vit le jour, à la suite d’une guerre d’indépendance contre l’Empire ottoman.

La Grèce n’est pas qu’un conservatoire de ruines antiques, si belles soient-elles, et ne se limite pas à son lointain passé prestigieux. Elle a beaucoup à proposer à qui sait sortir des sentiers battus.
Le dépaysement se trouve en fait là où, a priori, il n’y a rien à voir. C’est dans les endroits perdus de la Grèce que l’on a encore la chance d’être accueilli dans le respect de la tradition grecque, celle de la philoxénia, l’« hospitalité » traditionnelle des Grecs, qui a malheureusement tendance à disparaître dans les endroits touristiques.
La Grèce des monuments et des îles (mais pas toutes) constitue donc la Grèce la plus touristique. Bien entendu, la Grèce n’en finit pas de panser ses plaies : les tragédies nationales que furent les incendies meurtriers des années 2007 et 2009 sont encore dans toutes les mémoires.
Et à ces drames est venue s’ajouter la crise économique – et morale – que subit la Grèce depuis 2009 et qui s’éternise… Mais, malgré toutes les difficultés, si l’on en juge par la fréquentation touristique de ces dernières années, le pays garde intact son pouvoir d’attraction, et c’est tant mieux !

A ne pas manquer
Athènes
athenes
Souvent, on ne fait que passer à Athènes pour visiter l’Acropole, avant de filer vers les îles grecques ou le Péloponnèse. Pas forcément séduisante au premier abord, la capitale grecque mérite vraiment une halte prolongée. Musées passionnants, quartiers animés et attachants, restos et bars à foison, Athènes fait partie de ces villes à vivre, tout autant qu’à visiter. Athènes, nous, on aime !

Delphes
delphes
Situé à 169 km d’Athènes, Delphes est l’un des sites archéologiques les plus importants de Grèce. Sanctuaire commun à toutes les cités de la Grèce antique, Delphes eut un rayonnement religieux considérable. Niché sur l’un des flancs du mont Parnasse, ce sanctuaire dédié à Apollon et qui se caractérise par la présence d’un oracle où officiait une pythie, jouit d’un splendide panorama sur la vallée avec, à l’horizon, le golfe de Corinthe. Le temple d’Apollon et le théâtre, qui datent du IVe s. av. J.-C., sont remarquables de beauté. N’oubliez pas de visiter le musée, d’une richesse extraordinaire.
Les Météores
monatere
Les Météores constituent l’une des plus belles curiosités de la Grèce. Dans la plaine de Thessalie se dressent d’imposants pitons rocheux où trônent des monastères des XIVe et XVe siècles. Aujourd’hui, il ne reste plus que six monastères en activité. Il est possible de faire de l’escalade dans les Météores, bien que des mesures de restriction devraient être prises prochainement puisqu’il s’agit d’un site protégé.
Monemvassia
venicieux
Situé à 62 km au sud-est de Géraki, Monemvassia se divise entre une petite ville moderne de bord de mer et, surtout, un village médiéval enchanteur, caché derrière un promontoire rocheux, enserré dans des remparts vénitiens plongeant dans la mer et relié à la terre par une digue. N’oubliez pas de monter jusqu’à la citadelle, d’où la vue est exceptionnelle. L’endroit, totalement protégé, a traversé les siècles en demeurant intact. Monemvassia compte parmi les plus belles haltes du Péloponnèse.
Olympie
olympie
A 322 km d’Athènes, 115 km de Patras et au pied du mont Kronion, Olympie monopolisa pendant près de dix siècles la communion religieuse et politique de la Grèce antique. Il s’agit d’un centre religieux, très régulé et hiérarchisé, rythmé par un rituel quotidien et quelques fêtes, dont la plus importante était les Jeux Olympiques. Découvert au XIXe s, le site d’Olympie est exceptionnel.

Qatar

Le Qatar ou le Katar, en forme longue l’État du Qatar , est un petit émirat du Moyen-Orient d’une superficie de 11 586 km. Le Qatar est situé sur une petite péninsule s’avançant dans le golfe Persique et reliée à la péninsule Arabique au sud, où elle a une frontière terrestre avec l’Arabie saoudite. Sa capitale est Doha, ou Ad Dawha. La langue officielle est l’arabe, et la monnaie le riyal qatarien.

Le Qatar est le quatrième producteur de gaz naturel du monde après les États-Unis, la Russie et l’Iran ; il est devenu le premier exportateur de gaz naturel liquéfié. Le pays est aussi un producteur de pétrole, mais de taille moyenne, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Il est membre associé de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) depuis le 13 octobre 2012 sans être passé par le statut d’observateur.

Petit, mais incontournable… Que ce soit pour son rôle politique ou économique, le Qatar ne cesse de faire irruption dans l’actualité ces temps-ci. Les voyageurs en partance pour l’Asie sont nombreux à faire halte au Qatar à l’occasion d’un changement d’appareil de la compagnie nationale. Pourquoi ne pas en profiter pour entrouvrir la porte du hall des transits ?
Doha, cité de lumière et de gratte-ciel surgie des sables, tutoie le XXIe siècle, dessinant une enclave de modernité plaquée sur un monde ancien. Bordant la Corniche, cette longue promenade épousant l’arc-de-cercle de la baie, le superbe musée des Arts Islamiques y tient lieu d’icône.
Plus loin, il y a la grande mosquée et le palais de l’émir, l’île artificielle de The Pearl et les souks de toujours, où l’odeur enivrante des épices fait écho aux terrasses de cafés nichés dans des bâtisses en terre crue.
Une fois quittée la ville, le voyage dans le temps débute vraiment : dromadaires broutant de rares herbes, boutres comme oubliés par le temps, fort de terre d’Al-Zubarah à l’allure médiévale ramènent à un passé en fait pas si lointain.
Tout au sud du Qatar, les plages, terrassées de soleil, se déroulent sans fin jusqu’à la « mer intérieure » de Khor Al-Adaid, cernée par les immenses dunes de sable du grand désert arabique.

A ne pas manquer

Quelques heures d’escale suffisent pour voir les incontournables de Doha : les beaux buildings dominant la longue promenade de la Corniche ; le splendide Musée des Arts Islamiques, d’une richesse inouïe ; le souk Waqif, centre névralgique de la vie sociale qatarie. Au-delà, les îles artificielles de The Pearl offrent un contraste flagrant avec les remparts crénelés des vieux forts et les dunes du grand sud enserrant l’Inland Sea. Mais là, il faudra prévoir au moins une journée de plus sur place, voire deux.

Al Zubara
zubara
Les ruines du village perlier, à l’abandon, classées par l’Unesco ; et le fort voisin, datant du début du XXe siècle, le plus beau du Qatar.
Doha
doha2
La Corniche, large promenade épousant la baie de Doha, bordée de gratte-ciel ; le musée d’Art islamique ; le souk Waqif ; The Pearl qui, avec ses immeubles et villas, se rêve en nouvelle Riviera qatarie.
Mer interieure
mer interieure
Une mer enserrée dans le grand erg du Sud-Qatar, que l’on atteint en 4×4, en traversant les dunes ; le plus incontournable des incontournables du Qatar !

Corse

La Corse est une île et une collectivité territoriale française, située en mer Méditerranée.

Quatrième île de Méditerranée par sa superficie, la Corse a fait partie durant près de quatre siècles de la République de Gênes avant de se déclarer indépendante le et d’adopter la première Constitution démocratique de l’histoire moderne (1755). Cédée par Gênes à la France le , elle est conquise militairement par le Royaume de France lors de la bataille de Ponte-Novo, le .

Divisée en deux départements (Corse-du-Sud et Haute-Corse), la Corse constitue une collectivité territoriale à statut particulier administrée par une Assemblée et un conseil exécutif.

La Corse est un petit rocher balancé dans un univers coupé en deux. En haut, le passé et ses souvenirs (vendetta, maquis), en bas, la mer.
Les dieux de la Méditerranée auraient pu s’y installer en villégiature. La Corse est aussi le berceau d’une communauté longtemps malmenée par l’Histoire. Un peuple qui a souffert des envahisseurs et de l’isolement.
Fille de la « mère » Méditerranée, la Corse a su tirer bénéfice de toutes les influences du Bassin. « Métisse » mentale et culturelle, la Corse ne renie aucunement les emprunts qu’elle a faits.
Dure et tragique, secrète et sauvage, la Corse ne sera jamais seulement une région de plus sur la carte de la France. Rien qui soit rationnel ici : ni le relief ni le climat, ni les passions ni les maisons, ni les Corses. Les plages y sont bien sûr paradisiaques, les criques ultra-secrètes et les montagnes abruptes, accidentées.
Cette île est un mélange de rocaille et de volupté, d’austérité et de parfums d’île lointaine. Accrochées à la montagne, isolées dans le maquis, les maisons de pierre et d’ardoise abritent autant de secrets de famille que de souvenirs de vendetta.
Le maquis : c’est la Corse profonde ! Celle des cochons sauvages et des vaches en liberté, des fontaines au bord des routes, des longs hivers où l’on fabrique, loin du tohu-bohu de l’été, la coppa, le figatellu et la farine de châtaigne.

A découvrir

Faire le tour du cap Corse. Découvrir les Agriate en suivant le sentier des Douaniers. Effectuer depuis Porto une excursion en bateau vers la merveilleuse réserve de Scandola. Admirer les paysages somptueux des calanches rouge orangé de Piana. Ne pas manquer le marché d’Ajaccio, riche de couleurs et d’odeurs. Explorer la ville haute de Bonifacio. Pour les randonneurs confirmés, traverser la Corse par le mythique GR 20.

Bastia
bastia
Le Vieux Port et la Citadelle dans un superbe site à flanc de montagne.

 

Bonifacio
bonifacio
L’une des plus belles villes de Corse, posée sur des falaises de calcaire.

 

Calvi
SONY DSC
La citadelle surplombant la baie bordée par une plage et une pinède.

 

Iles Lavezzi
lavezzi

Amas de blocs de granit, îlots sauvages à l’aspect énigmatique.