Monthly Archives: janvier 2016

Qatar

Le Qatar ou le Katar, en forme longue l’État du Qatar , est un petit émirat du Moyen-Orient d’une superficie de 11 586 km. Le Qatar est situé sur une petite péninsule s’avançant dans le golfe Persique et reliée à la péninsule Arabique au sud, où elle a une frontière terrestre avec l’Arabie saoudite. Sa capitale est Doha, ou Ad Dawha. La langue officielle est l’arabe, et la monnaie le riyal qatarien.

Le Qatar est le quatrième producteur de gaz naturel du monde après les États-Unis, la Russie et l’Iran ; il est devenu le premier exportateur de gaz naturel liquéfié. Le pays est aussi un producteur de pétrole, mais de taille moyenne, membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP). Il est membre associé de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) depuis le 13 octobre 2012 sans être passé par le statut d’observateur.

Petit, mais incontournable… Que ce soit pour son rôle politique ou économique, le Qatar ne cesse de faire irruption dans l’actualité ces temps-ci. Les voyageurs en partance pour l’Asie sont nombreux à faire halte au Qatar à l’occasion d’un changement d’appareil de la compagnie nationale. Pourquoi ne pas en profiter pour entrouvrir la porte du hall des transits ?
Doha, cité de lumière et de gratte-ciel surgie des sables, tutoie le XXIe siècle, dessinant une enclave de modernité plaquée sur un monde ancien. Bordant la Corniche, cette longue promenade épousant l’arc-de-cercle de la baie, le superbe musée des Arts Islamiques y tient lieu d’icône.
Plus loin, il y a la grande mosquée et le palais de l’émir, l’île artificielle de The Pearl et les souks de toujours, où l’odeur enivrante des épices fait écho aux terrasses de cafés nichés dans des bâtisses en terre crue.
Une fois quittée la ville, le voyage dans le temps débute vraiment : dromadaires broutant de rares herbes, boutres comme oubliés par le temps, fort de terre d’Al-Zubarah à l’allure médiévale ramènent à un passé en fait pas si lointain.
Tout au sud du Qatar, les plages, terrassées de soleil, se déroulent sans fin jusqu’à la « mer intérieure » de Khor Al-Adaid, cernée par les immenses dunes de sable du grand désert arabique.

A ne pas manquer

Quelques heures d’escale suffisent pour voir les incontournables de Doha : les beaux buildings dominant la longue promenade de la Corniche ; le splendide Musée des Arts Islamiques, d’une richesse inouïe ; le souk Waqif, centre névralgique de la vie sociale qatarie. Au-delà, les îles artificielles de The Pearl offrent un contraste flagrant avec les remparts crénelés des vieux forts et les dunes du grand sud enserrant l’Inland Sea. Mais là, il faudra prévoir au moins une journée de plus sur place, voire deux.

Al Zubara
zubara
Les ruines du village perlier, à l’abandon, classées par l’Unesco ; et le fort voisin, datant du début du XXe siècle, le plus beau du Qatar.
Doha
doha2
La Corniche, large promenade épousant la baie de Doha, bordée de gratte-ciel ; le musée d’Art islamique ; le souk Waqif ; The Pearl qui, avec ses immeubles et villas, se rêve en nouvelle Riviera qatarie.
Mer interieure
mer interieure
Une mer enserrée dans le grand erg du Sud-Qatar, que l’on atteint en 4×4, en traversant les dunes ; le plus incontournable des incontournables du Qatar !

Corse

La Corse est une île et une collectivité territoriale française, située en mer Méditerranée.

Quatrième île de Méditerranée par sa superficie, la Corse a fait partie durant près de quatre siècles de la République de Gênes avant de se déclarer indépendante le et d’adopter la première Constitution démocratique de l’histoire moderne (1755). Cédée par Gênes à la France le , elle est conquise militairement par le Royaume de France lors de la bataille de Ponte-Novo, le .

Divisée en deux départements (Corse-du-Sud et Haute-Corse), la Corse constitue une collectivité territoriale à statut particulier administrée par une Assemblée et un conseil exécutif.

La Corse est un petit rocher balancé dans un univers coupé en deux. En haut, le passé et ses souvenirs (vendetta, maquis), en bas, la mer.
Les dieux de la Méditerranée auraient pu s’y installer en villégiature. La Corse est aussi le berceau d’une communauté longtemps malmenée par l’Histoire. Un peuple qui a souffert des envahisseurs et de l’isolement.
Fille de la « mère » Méditerranée, la Corse a su tirer bénéfice de toutes les influences du Bassin. « Métisse » mentale et culturelle, la Corse ne renie aucunement les emprunts qu’elle a faits.
Dure et tragique, secrète et sauvage, la Corse ne sera jamais seulement une région de plus sur la carte de la France. Rien qui soit rationnel ici : ni le relief ni le climat, ni les passions ni les maisons, ni les Corses. Les plages y sont bien sûr paradisiaques, les criques ultra-secrètes et les montagnes abruptes, accidentées.
Cette île est un mélange de rocaille et de volupté, d’austérité et de parfums d’île lointaine. Accrochées à la montagne, isolées dans le maquis, les maisons de pierre et d’ardoise abritent autant de secrets de famille que de souvenirs de vendetta.
Le maquis : c’est la Corse profonde ! Celle des cochons sauvages et des vaches en liberté, des fontaines au bord des routes, des longs hivers où l’on fabrique, loin du tohu-bohu de l’été, la coppa, le figatellu et la farine de châtaigne.

A découvrir

Faire le tour du cap Corse. Découvrir les Agriate en suivant le sentier des Douaniers. Effectuer depuis Porto une excursion en bateau vers la merveilleuse réserve de Scandola. Admirer les paysages somptueux des calanches rouge orangé de Piana. Ne pas manquer le marché d’Ajaccio, riche de couleurs et d’odeurs. Explorer la ville haute de Bonifacio. Pour les randonneurs confirmés, traverser la Corse par le mythique GR 20.

Bastia
bastia
Le Vieux Port et la Citadelle dans un superbe site à flanc de montagne.

 

Bonifacio
bonifacio
L’une des plus belles villes de Corse, posée sur des falaises de calcaire.

 

Calvi
SONY DSC
La citadelle surplombant la baie bordée par une plage et une pinède.

 

Iles Lavezzi
lavezzi

Amas de blocs de granit, îlots sauvages à l’aspect énigmatique.

 

Vietnam

Ruiné et dévasté par 30 années de combat pour l’indépendance, prisonnier d’un système bureaucratique inapte à le sortir du marasme, le Vietnam semblait abandonné aux ténèbres de l’histoire et de l’actualité.
Allait-il sortir un jour de son long silence ? Vaincre la paralysie ? Il avait bien chassé de son sol deux puissantes armées (les Français et les Américains), et il n’arrivait pas à vaincre la pauvreté.
Aujourd’hui, l’huître fermée de l’Asie du Sud-Est s’ouvre au monde extérieur. Le malade se remet à marcher. Un miracle ? Non, une convalescence seulement. Même si la démocratie reste encore un sujet tabou…
Le Vietnam est un pays splendide dont la silhouette géographique dessine la forme d’un dragon, symbole de force et de bienfaits, en Extrême-Orient. Là, tout n’est que rizières noyées sous le soleil, haies de bambous et chapeaux coniques. Images d’une Asie éternelle, miraculeusement préservée, intacte, simple, rustique même. Un voyage ici, c’est encore une aventure, tant les infrastructures sont parfois réduites au minimum.
De la baie d’Along au delta du Mékong, en passant par Hanoi, ville à l’architecture coloniale unique, et Hồ Chí Minh-Ville, la grande cité du Sud, ne vous attendez pas à un voyage tranquille si vous cherchez les clichés et la facilité.
Le Vietnam revient de loin. Pourtant, tout y change actuellement très vite, dans une espèce d’impatience, d’imprudence même, à vouloir rattraper le temps perdu. Le Vietnam serait-il à l’aube d’un nouveau destin ? Mieux que ça, il y est déjà plongé.

A visité

Se promener à pied dans les ruelles du quartier des 36 corporations, à Hanoi. Assister à la fête du Tết. Remonter la rivière des Parfums, à Huế. Flâner la nuit dans les ruelles de la petite ville de Hội An. Faire de la plongée sous-marine dans les eaux de l’île Cham. Cheminer sur la piste Hồ Chi Minh, dans les montagnes et les jungles de la cordillère Annamitique.
Passer quelques jours sur l’île de Phú Quốc, au bord d’une plage aux eaux bleues. Séjourner chez l’habitant, au cœur du delta du Mékong, et naviguer dans le dédale des rivières et cours d’eau sous la végétation tropicale luxuriante…

Bac Ha

marché

Son marché dominical grouillant de vie, au milieu des Hmong et dans une région d’une grande richesse ethnographique.

Baie d’Along

baie

L’un des paysages les plus célèbres d’Asie, classé à l’Unesco, des pains de sucre émergeant dans une atmosphère étrange.

Dalat

jardin

Station climatique la plus réputée du Vietnam, avec un patrimoine historique, lacs artificiels, jardins fleuris et vergers.

Grottes de Tam Coc

grottes

L’un des moments les plus marquants d’un séjour au Vietnam, un paysage aquatique rythmé par des pains de sucre et des roches déchiquetées

L’île de Pâques

L’île de Pâques, en rapanui Rapa Nui , en espagnol Isla de Pascua, est une île du Chili isolée dans le sud-est de l’océan Pacifique, particulièrement connue pour ses statues monumentales (les moaï) et son écriture océanienne unique, le Rongo-Rongo.

L’île se trouve à 3 680 kilomètres des côtes chiliennes et à 4 050 kilomètres de Tahiti, l’île habitée la plus proche étant l’île Pitcairn à plus de 2 000 kilomètres à l’ouest. À ce titre, il s’agit du lieu habité le plus isolé du monde, après l’île de Tristan da Cunha.

L’île de forme triangulaire, d’environ 23 kilomètres dans sa plus grande dimension, couvre 166 km2. La population comptait 3 304 habitants en 2002. Son chef-lieu est Hanga Roa.

Elle fut visitée par le premier Européen, le navigateur néerlandais Jakob Roggeveen, le jour de Pâques, le , et comptait alors près de 4 000 habitants. Elle fut annexée par l’Espagne en 1770 sous le nom d’isla San Carlos, mais l’Espagne s’en désintéressa par la suite ; des Français s’y installèrent après 1864 et l’île devint une possession chilienne en 1888.

Depuis 1995, le patrimoine exceptionnel de l’île est protégé et inscrit au Patrimoine mondial par l’UNESCO. Des parcs ou réserves naturelles, parfois surveillés, enserrent les zones des vestiges. La communauté rapanui veille jalousement sur les traces de son histoire et constitue un pouvoir parallèle au gouvernement officiel chilien.

Cette île, la plus à l’est de toute l’Océanie, est célèbre pour ses vestiges mégalithiques des premières civilisations autochtones. Le patrimoine archéologique comprend 1042 statues de basalte, les moaï, de 4 m de hauteur moyenne et près de 300 terrasses empierrées au pied de ces statues, les ahû.

Que de voyageurs n’a-t-elle pas fascinés, l’île de Pâques, cette île de Rapa Nui, nom officiel de l’île bien que peu utilisé ! Nombreux furent ceux qui tentèrent d’en percer les multiples mystères, et plus encore ceux qui échafaudèrent les hypothèses les plus extravagantes sur l’origine de son peuple…
L’île de Pâques est paradoxalement l’un des sites les plus connus du monde, car ses célèbres monolithes sont devenus un cliché universel. Mais c’est aussi la plus éloignée de toute terre habitée ! Il y a à peine 30 ans, l’île ne recevait qu’un bateau de guerre par an, apportant vivres et matériel.
L’île de Pâques est l’un de ces rares lieux dont la réputation est inversement proportionnelle à ce qu’on sait d’eux. Sa notoriété est avant tout basée sur ses mystères, ses légendes. Quelques certitudes éparses auxquelles se raccrochent les scientifiques, et beaucoup d’hypothèses qui comblent les gouffres de l’ignorance générale. C’est pour cela qu’on vient.
Il ne faut pas aborder l’île de Pâques comme une île paradisiaque (on y trouve fort peu de cocotiers et seulement deux petites plages), mais plutôt comme une terre capable de soulever l’émotion à chaque moment. Il y a peu d’endroits au monde où l’on ressent sur une surface aussi réduite la force et la richesse d’une grande civilisation, et son combat pour survivre.

Les incontournables

Faire une balade à cheval jusqu’au lac de cratère du Rano Kau, puis gagner les pentes du Rano Raraku, constellées de statues moai. Enfin, se prélasser sur le sable blanc de la plage d’Anakena.

Ahu Akivi

Au centre de l’île, un site commémoratif tourné vers la mer : 7 moai, avec en toile de fond des montagnes aux versants verdoyants.

statue

Ahu Tahai

Un site archéologique aux alentours d’Hanga Roa ; 3 séries de plates-formes, dont l’une supporte un ensemble de 5 moai.

KONICA MINOLTA DIGITAL CAMERA

Rano Kau

Impressionant cratère de 1600 m de large et 200 m de profondeur, avec des dizaines de petits lacs au fond.

volcan